SFI Overview of Senegal

In the context of an economy dominated by the informal sector, high youth unemployment and a growing population, being an entrepreneur and running a startup is generally commendable in Senegal as it provides a platform for dynamic and passionate young talent to solve problems faced by society.

The main drivers of Senegal’s startup scene include the entrepreneurial culture, its political climate, its strategic positioning in the subregion and in francophone Africa, an active but informal “buddy system” and ambitious ecosystem builders, government support and investment (local and international), as well as policy innovation towards startups. 

To help us understand the holistic picture of Senegal as a startup ecosystem, we interviewed Joelle Sow, the General Secretary of SenStartup, Fatou Kamara, the Head of Innovation and Student Professional Insertion at Universite Gaston Berger (UGB),  Coumba Diop, Head of the operational office of the university business unit at Alioune Diop University in Bambey, and Ahmadou Seck, founder of the startup Insuris.

Our SFI shows a relatively encouraging unemployment rate of 7% from World Bank data, giving the country an average score of 75.63 for Unemployment. However, most of the employed work in the informal sector economy as more than 90% of businesses are informal in Senegal . Youth unemployment and professional insertion is a big problem as well. Fatou Kamara, head of innovation and student insertion at UGB, estimates that each year between 200,000 to 300,000 young Senegalese enter the labor market. Compounding the situation, she adds that the education market does not always prepare students for the job market. In Senegal, she states that young people often complete training programs which are “not adequate to the job market, don’t have the necessary information about opportunities and are limited in their vision”. Regional data from the ANSD (Agence Nationale de Statistique et de la Démographie) suggests the unemployment rate is closer to 20% . Kamara asserts that “there are not enough companies to employ everyone, so the alternative is entrepreneurship. So it is important to accompany young people to not only become entrepreneurs but also creators of job opportunities for other people ”.

While high unemployment is a real challenge,  Senegalese youth have responded by embracing entrepreneurial culture. Senegal receives a score of 78.31 in our Entrepreneurial Culture domain, which is more than above average and even higher than Singapore, the leading country on the global index, which scores 49.99. Senegal scores as high as 100.00 with regards to Fear of Failure, as 66.60%  of the population intend to be entrepreneurs while 68.95% consider Entrepreneurship as a Career. These values are the highest score in our index. There is no lack of risk engagement or initiative in Senegal when it comes to starting the entrepreneurial journey. 

 

 

Despite these positive views on entrepreneurship and the entrepreneurial culture, they aren’t enough to sustain the general startup ecosystem. The country’s infrastructure problems and the lack of funding have been continuously identified as the major constraints to startups and businesses. This explains why more than 50% of businesses in Senegal identify funding access as a major constraint, giving it a score of 46.69 in Dakar, 28.23 in Saint-Louis, and 16.83 in Bambey. Ahmadou Seck, an entrepreneur and mobile developer, confirms how a lack of funding for his startup Insuris became a barrier to growth. Lack of funds caused his project to be delayed by several months, putting his startup journey on stand-by. Seck identified financial constraints and a lack of mentorship for startups as the main stumbling blocks. To him, the best way to overcome this obstacle is to submit several funding applications. He submitted applications to early-stage incubators and accelerators, such as Orange and DER, however due to the highly competitive landscape and the large number of applications, he has yet to access support. 

With the exception of Dakar and Ziguinchor, Senegalese cities score below average for Startup Scene (less than 27.37). With a growing number of hubs and spaces designed to help entrepreneurs to thrive, the scene is developing; however, it is not keeping pace with the sheer amount of entrepreneurial activities. Growth is expected to occur in the ecosystem with a mix of investment, innovation, patents, products and services. According to Forbes, Senegal has about 15 hubs. This is impressive within West Africa, however it still lags behind other countries such as Cote d’Ivoire, which has 22 hubs, or South Africa with over 78 hubs and a score of 26.15 on our SFI index for Hubs, while Dakar stands at 13.07. There is also a limited penetration of incubators and accelerators in the interior cities like Bambey and Ziguinchor. Besides the university incubator in Ziguinchor, none other exists. According to Coumba Diop, most startups, incubators and big companies are concentrated in Dakar, in turn making it difficult for a real ecosystem to develop in smaller cities.

Despite having many educational institutions, Senegal performs poorly in the University Score in our SFI, receiving a score of zero. No Senegalese university is listed in the global rankings. Joelle Sow adds that universities are strongly focused on theory, don’t teach problem-solving skills and are more or less a copy of the French colonial university system. Sow insists, however, that “the trend in the future will see universities having a much bigger role in the ecosystem”, not only as producers of human capital but as capacity builders, enabling incubator and accelerator programs for students at university levels. 

Sow expanded on the importance of design thinking in schools in order for youth to have exposure to the entrepreneurial mindset at an early age. 

Despite receiving a 0.00 in University Score, it’s important to note that Senegal has managed to attract French foreign universities who have launched campuses in the country to provide quality education comparable to that received in France. Such examples include the Montpellier Business School and Kedge which are amongst the Top 20 French business schools. 

Additionally, other instruments have been used by public and private institutes to boost tertiary education. Orange Senegal, a technology park in Dakar, has run startup training programs via its Orange Digital Center, which offers training programs free of charge. According to inputs from World University Rankings and the World Bank, very few students are registered in universities and tertiary institutions. As an example, in Dakar, which has a more developed ecosystem of universities and training centers, only 19 students are enrolled in universities out of every 1,000 people. This is very low on the SFI as it reflects a 4.85 for University Students score. Fatou Kamara helps us understand this situation; “there are students who are being sent to Koranic schools and as a result don’t go to the French-oriented schooling system and universities”. The existence of Islamic cultural schools like Koranic schools are at times preferred by parents to “secular education”. Joelle Sow also shares this view as she highlights the fact that Senegal has a low rate of literacy. A study from 2017, conducted by indexmundi, shows a national literacy rate of only 51%, with women making up just 31% of that figure. This lack of education is also reflected in the fact that more than 90% of all startups are owned by men.

Looking at the country’s labor market, we encounter a better situation. Senegalese cities score above 70 in the labor market on the SFI. This can be explained by the fact that the government has put policies in place that enable the easy set up of a company. Additionally, less than 5% of Senegalese firms see labor regulations as a constraint to business, leading to an SFI score on Labor Constraint of 94.93 in Senegal, as a general example. Sow explains how government policies have fostered the creation of startups within the context of the 2019 Startup Act, which eased regulations and created a favorable framework for startups. However, she also explained that there is a general tendency for women to shy away from entrepreneurial duties. Sow thinks this may be a cultural phenomenon as women have responsibilities at home and some may not want to choose between their private life and taking responsibility in a startup business. She adds that the ecosystem is very favorable for women participation and emancipation, although “it would be great to have more brave women in the ecosystem”. In her ecosystem, out of 100 startups there are only about 2 or 3 female founders. 

Infrastructure has continually been one of the main concerns for Senegal over recent years. This is reflected in SFI scores, with Sengalese cities receiving a score of 45.00 in the Infrastructure domain, which is below the average global score. However, most countries in Sub-Saharan Africa find themselves in this range. Ghana for instance scores 41.14, while Kenya scores 45.83. Generally, this implies that infrastructure still very much needs to be developed and improved upon. 

Other indicators such as Internet Costs, Internet Access and Download/Upload Speed come into play for the ICT subdomain of Infrastructure. In Senegal, we witness an inverse relationship with cost and quality. Normally with higher prices, you expect to receive the best quality. Well, exceptionally for Senegal, the mobile internet cost is very high (about $68 /month) and the quality is very low. Internet access is actually a considerable cost for startups. Most cities in Senegal score between 27 and 34 on the SFI, which is below the global average ICT score of 42.95. Sow adds that “although considerable work has been done by the Senegalese government to improve circulation by the provision of roads that enable people to move faster between cities, there is still a lot to be done with regards to infrastructural development”. She added that the provision of investment in fiber internet would be beneficial, especially to tech startups. 

Besides ICT needs, pollution has been a major threat to the ecosystem and the entire economy. Most cities are getting more industrialized, and activities ranging from agriculture, energy, mining and refining, vehicle emissions, and waste burning are all major environmental hazards. An article from the New York Times identifies two major causes of the high levels of pollution in Senegal. The first is related to natural pollution from wind and dust blown from the Sahara during the dry season (known as the harmattan winds or harmattan season). The second is the pollution from industry and fuel, especially in the context of a growing population where cars and buses frequent the road in increasing numbers. These hazards affect both businesses and startups but also have a negative impact on the population and human capital. Research has shown that the number of childhood asthma cases at one of the city’s biggest hospitals had recently jumped. It is estimated that a third of the population has some kind of lung ailment. In part due to these factors, the country’s SFI Pollution score is one of the lowest, 9.39.

In the Macro-Political context, Senegal has enjoyed relative political stability since its independence in 1960. The country has never seen a coup-d’etat or civil war, rare for the subregion. Despite being classified as a “hybrid regime” in the democracy index, the political stability gives SMEs and startups a conducive environment for expansion and also creates a favorable ecosystem for foreign investments. This is also reflected in the SFI score as Senegal has a (Political) Stability score of 61.94. Globally, only a few cities score above Senegalese cities, for example Berlin (75.42) and Singapore (100). This is also the case for the democracy level, which stands at 62.73 in the SFI. Despite all the advantages enjoyed by SMEs in Senegal as a result of political stability, companies also have to navigate poor governance and high levels of bribery and corruption, which weigh down the total Macro score.  

Recently, there have been some encouraging policies that have improved the legal framework. With the government initiative to ease the creation and legalization of startups, a government bureau, BCE (Bureau d’appui à la Création d’Entreprise, or “Bureau for the support and creation of businesses”) was developed. The BCE has helped decrease the waiting time for creating small businesses as well as startups. This bureau permits startups in Senegal to complete the registration process and officially create a business in six days. Only a few countries, like Singapore (2.5 days) and Bangkok (4.5 days) are as efficient with their setup, reflected in the SFI score for Dakar (98.03 for Business Registration Time). 

In the Market domain, Senegal performs poorly, with most cities averaging 20.00 on the Market SFI score. Despite the fact that the country is an important player in the UEMOA (West African Economic and Monetary Union) region, it fails to capitalize on trade openness. Like most countries in the region, there is a heavy reliance on imports which puts pressure on local firms to compete with low global prices and creates a negative trade balance. In the SFI, this translates to a score of 12.60, which is very low, even compared to a similar economy like Ghana, which stands at 42.10 (Trade Balance). 

Additionally, the startup scene suffers from its scores in the Market domain. In particular, Senegal performs poorly on the Logistic Performance Index (just 13.33). The biggest downturn in their market score is the poor Digital Market, scoring just 14.33 (one of the lowest on a global level).

Due to a high percentage of informal businesses (especially those in smaller towns and in rural areas), there is no special necessity to open bank accounts. Our SFI shows that online shopping users stand at a mere 3% of the total population based on data from the World Bank on Mobile Penetration, thereby giving them a score of 2.43. However, more regional sources show that that may not be the whole story. According to a recent study conducted by the country’s Bureau for Telecommunications (ARTP), Senegal has a mobile penetration rate of more than 110% . Additionally, Sow corroborates this finding: “mobile penetration is easily above 100%. It’s very rare to meet someone in Dakar who does not have a phone”. Likely, sources such as DakarStartup have a much more realistic view of the situation. Sow adds that despite this advantage of Senegal transitioning towards mobile, online stores don’t provide a lot of e-payment options like the local “Orange Money” (Orange Money, O.M. is the Orange group’s money transfer and mobile payment service, offered in most African countries). At this point it becomes difficult for users to buy online. The narrative is that startups have begun capitalizing on this opportunity and many FinTech startups are now proposing online payment services. 

It is important to note that in Senegal, just like the rest of Sub-Saharan Africa, the number of people with bank accounts (financial inclusion) is very low. According to The Global Financial Inclusion Database, the rate of financial inclusion is about 42.3%, with a mobile money account rate of more than 20%. However local sources like SikaFinance estimate the real rate of access to banking and credit services to be about 20%. Although Senegal performs better than other countries in the region with a global findex rate of 39.7%, it still has a lot to do in comparison with Eastern African countries like Kenya that reach a global findex rate of 81% and a mobile money account rate of more than 72%. Also, according to le quotidien only about 120,000 bank accounts exist for a population of 17 million people. Digital payment facilitates financial transactions, as they could be done from mobile phones. E-payment and other electronic forms of payment like Orange Money, as well as alternative e-payment models, could help to improve the financial inclusion of the general population and be a great way to promote e-commerce in Senegal’s move towards a digital economy.

Taking into account all the infrastructural challenges faced by entrepreneurs, the importance of startups to the economy, and the willingness to catalyze digitalization and innovation in the economy, the Senegalese government has drawn up a number of policies to make the ecosystem more competitive. The most popular policy action so far has been the Senegalse Startup Act of 2019. With the introduction of this Startup Act, Senegal became the second country in Africa, the first being Tunisia, to put these frameworks in place for the promotion of startups in the ecosystem.

Aperçu de L'indice de convivialité des startups(SFI) au Sénégal.

Dans le contexte d’une économie dominée par le secteur informel (plus de 90 %), d’un taux de chômage élevé chez les jeunes et d’une population croissante, le fait d’être entrepreneur et de diriger une startup est généralement louable au Sénégal car il offre une plateforme aux jeunes talents dynamiques et passionnés pour résoudre les problèmes auxquels ils sont confrontés dans de nombreux secteurs de l’économie.

Les principaux moteurs de la scène des startups au Sénégal comprennent la culture entrepreneuriale, son climat politique, son positionnement stratégique dans la sous-région et en Afrique francophone; un “système de copinage” actif mais informel et des constructeurs d’écosystèmes ambitieux, le soutien et l’investissement du gouvernement (local et international) ainsi que l’innovation politique envers les startups. 

Pour nous aider à comprendre l’image holistique du Sénégal en tant qu’ écosystème de startups, nous avons interviewé Madame Joëlle Sow, la secrétaire générale de SenStartup, Madame Fatou Kamara, la responsable de l’innovation et de l’insertion professionnelle des étudiants à l’Université Gaston Berger (UGB), Coumba Diop, Responsable du bureau opérationnel de la cellule université entreprise à Université Alioune Diop de Bambey, et Ahmadou Seck, fondateur de la startup Insuris. 

 Ainsi notre SFI montre un taux de chômage relativement encourageant de 7% selon les données de la Banque Mondiale, ce qui donne au pays un score moyen de 75,63 pour le chômage. Cependant, la plupart des personnes employées travaillent dans l’économie du secteur informel puisque 95% des entreprises sont informelles. Le chômage et l’insertion professionnelle des jeunes représentent  également un problème majeur. Fatou Kamara, responsable de l’innovation et de l’insertion des étudiants à l’UGB, le confirme, estimant que chaque année, entre 200 000 et 300 000 jeunes Sénégalais intègrent  le marché du travail. En outre, la situation semble être plus grave car elle ajoute en disant  que le marché de l’éducation ne prépare pas toujours  les jeunes au marché du travail. Au Sénégal, elle affirme que les jeunes suivent souvent des programmes de formation qui ne sont “pas adaptés au marché du travail, ne disposent pas des informations nécessaires sur les opportunités et sont limités dans leur vision”. Les données régionales de l’ANSD (Agence Nationale de Statistique et de la Démographie) suggèrent que le taux de chômage est plus proche de 20% (2021). Kamara affirme qu'”il n’y a pas assez d’entreprises pour employer tout le monde, donc l’alternative est l’entrepreneuriat. Par conséquent  il est important d’accompagner les jeunes pour qu’ils deviennent non seulement des entrepreneurs mais aussi des créateurs d’opportunités d’emploi pour les autres.

Vu la fréquence des cas, cet inconvénient s’est transformé en un aspect positif de l’écosystème : Les jeunes sénégalais adhèrent à la culture de l’entrepreneuriat. Le Sénégal obtient un score de 78,31 dans notre domaine de la culture entrepreneuriale, ce qui représente  plus que la moyenne, voire plus que le meilleur pays de l’indice mondial, Singapour, qui obtient 49,99. Le Sénégal obtient un score de 100,00 en ce qui concerne la peur de l’échec, puisque 66,60% de la population a l’intention d’être entrepreneur et que 68,95% considère l’entrepreneuriat comme une carrière. Ces valeurs constituent le score le plus élevé de notre indice. Il n’y a pas de manque d’engagement à prendre des risques ou d’initiative au Sénégal lorsqu’il s’agit de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale.  

 

 

Malgré toutes les opinions positives sur l’entrepreneuriat et la culture entrepreneuriale, cela ne suffit pas à soutenir l’écosystème général des startups. Les problèmes d’infrastructure du pays et le manque de financement ont été continuellement identifiés comme les principales contraintes pour les startups et les entreprises. Cela explique pourquoi plus de 50% des entreprises au Sénégal identifient l’accès au financement comme une contrainte majeure, lui donnant un score de 46,69 à Dakar, 28,23 à Saint Louis, 16,83 à Bambey (pour ne citer que ces quelques exemples). C’est le cas d’Ahmadou Seck, un entrepreneur et développeur mobile, qui a confirmé comment le manque de financement pour sa startup, malgré l’impact qu’elle aurait dans l’écosystème, est devenu un obstacle à la croissance. Par conséquent;;le manque de fonds a entraîné un retard de plusieurs mois dans son projet et a mis sa startup en stand-by. Seck a identifié les contraintes financières et le suivi/mentorat des startups comme les principales pierres d’achoppement de son projet. Selon lui, la meilleure manière de surmonter ces obstacles est de présenter plusieurs candidatures aux défis et aux appels à candidatures. Il a cité les incubateurs et accélérateurs de première phase, comme Orange et DER, pour lesquels il a fait plusieurs demandes de financement, mais n’a pas encore obtenu de soutien car il y a plusieurs candidats et la concurrence est rude.

À l’exception de la plus grande ville, Dakar, les villes sénégalaises obtiennent un SFI inférieur à la moyenne pour la scène des startups (moins de 27,37). Par conséquent, avec un nombre croissant de hubs ou d’espaces  dans le pays conçus pour aider les entrepreneurs à mieux travailler et à prospérer, la scène se développe rapidement. Cependant, elle ne suit pas le rythme de la quantité d’activités entrepreneuriales. Les hubs sont des lieux qui offrent des conditions idéales pour que les entrepreneurs s’épanouissent et accélèrent la croissance de leurs entreprises. La croissance devrait se produire dans l’écosystème avec un mélange d’investissements, d’innovation, de brevets, de produits et de services. Selon Forbes, le Sénégal compte environ 15 hubs. Un chiffre impressionnant en Afrique de l’Ouest, mais qui reste en retrait par rapport à d’autres centres régionaux. Cependant; il n’est pas loin derrière des pays comme la Côte d’Ivoire qui compte environ 22 Hubs, ou l’Afrique du Sud avec plus de 78 Hubs et qui se rapproche de notre indice SFI avec un score de 26,15, alors que Dakar se situe à 13,07. En outre, il y a également une pénétration limitée des incubateurs et accélérateurs dans les villes de l’intérieur comme Bambey et Ziguinchor. A part l’incubateur universitaire de Ziguinchor, il n’en existe pas d’autre. Selon Coumba Diop, la plupart des startups, incubateurs et grandes entreprises sont concentrés à Dakar, ce qui rend difficile le développement d’un véritable écosystème dans les plus petites villes.

Quant au capital humain, malgré la présence de nombreux établissements d’enseignement, les Sénégalais obtiennent un score médiocre de 0 pour les universités dans notre SFI. Aucune université sénégalaise ne figure dans les classements mondiaux. Madame Joelle SOW ajoute que les universités n’enseignent pas vraiment les compétences de résolution de problèmes et sont plutôt une copie du système colonial français, basé sur la théorie.  Mme Sow insiste en disant que “la tendance de l’avenir verra les universités jouer un rôle beaucoup plus important dans l’écosystème”, non seulement en tant que producteurs de capital humain, mais aussi en tant que créateurs de capacités, permettant la mise en place de programmes d’incubation et d’accélération pour les étudiants au niveau universitaire. 

Madame Sow a insisté sur l’importance de la réflexion sur la conception dans les écoles afin que les jeunes soient exposés à l’esprit d’entreprise dès leur plus jeune âge. 

Toutefois; bien que le Sénégal ait reçu un score de 0,00 pour ses universités, il est important de noter que le pays a réussi à attirer des universités françaises étrangères qui ont implanté leurs campus dans le pays pour fournir une éducation de qualité comparable à celle reçue en France. A titre d’ exemple :l’école de commerce de Montpellier et de Kedge BS, qui figurent dans le Top 20 des écoles de commerce françaises. 

En outre, des instruments variés ont été utilisés par les instituts publics et privés pour stimuler l’enseignement supérieur. Orange Sénégal, un technopôle à Dakar, a mis en place des programmes de formation pour les startups via son Orange Digital Center, qui propose des programmes de formation gratuits. Selon les données du classement mondial des universités et de la Banque mondiale, très peu d’étudiants sont inscrits dans les universités et les établissements d’enseignement supérieur. A titre d’exemple, à Dakar, qui possède un écosystème plus important d’universités et de centres de formation, seuls 19 étudiants sont inscrits dans les universités sur 1000 personnes. Ce chiffre est très faible puisque le SFI indique un score de 4,85 pour les étudiants universitaires. Fatou Kamara nous aide à comprendre cette situation : “il y a des étudiants qui sont envoyés dans des écoles coraniques et qui, par conséquent, ne vont pas dans le système scolaire et les universités orientés vers la France”. L’existence d’écoles culturelles islamiques telles que les écoles coraniques est parfois préférée par les parents plutôt qu’ une  éducation normale”. Madame Joelle SOW partage également ce point de vue en soulignant le fait que le Sénégal a un faible taux d’alphabétisation. En outre, une étude de indexmundi réalisé en 2017 montre un taux d’alphabétisation national de seulement 51%, dont uniquement 31% des femmes, ce qui implique que la plupart des femmes ne sont pas également exposées à l’éducation. Cela se reflète dans la culture entrepreneuriale, puisque plus de 90 % de la majorité  des startups  sont détenues par des hommes.

Néanmoins,si on considère le marché du travail du pays, la situation semble être meilleure. Les villes sénégalaises obtiennent un score supérieur à 70 dans le SFI du marché du travail. Cela peut s’expliquer par le fait que le gouvernement a mis en place des politiques qui permettent une installation et une réglementation faciles. Moins de 5% des entreprises sénégalaises considèrent la réglementation du travail comme une contrainte pour leurs activités, ce qui se traduit dans notre score SFI sur la contrainte du travail par 94,93 au Sénégal comme exemple général. Par ailleurs, Madame Sow Joëlle explique comment les politiques gouvernementales ont favorisé les startups dans le contexte de la loi sur les startups 2019 qui a assoupli les réglementations et créé un cadre favorable pour les startups. Cependant, elle explique que les femmes ont tendance en général à s’éloigner des fonctions entrepreneuriales. Sow pense qu’il peut s’agir d’un phénomène culturel, car les femmes ont des responsabilités à la maison et certaines peuvent ne pas vouloir choisir entre leur vie privée et une vie bien remplie dans le domaine des startups. Elle ajoute que l’écosystème est très favorable à la participation et à l’émancipation des femmes, et qu’ ‘”il serait formidable d’avoir plus de femmes courageuses comme moi dans l’écosystème”.  Dans son écosystème, sur 100 startups, il n’y a que 2 ou 3 femmes chef d’entreprise. Malgré cela, de nombreux prix ont été remportés par des femmes, comme le prix présidentiel des startups.

Les infrastructures ont toujours été l’une des principales préoccupations du Sénégal ces dernières années. Cela se reflète également dans nos scores SFI. Ainsi, les villes sénégalaises reçoivent un score de 45,00 dans le domaine des infrastructures, ce qui est inférieur au score moyen mondial. Cependant, la plupart des pays de l’écosystème de l’Afrique sub-saharienne se trouvent dans cette fourchette. Le Ghana, par exemple, obtient un score de 41,14, tandis que le Kenya obtient un score de 45,83. De manière générale, cela implique que l’infrastructure doit encore être développée et améliorée. 

D’autres indicateurs tels que le coût de l’Internet, l’accès à l’Internet et la vitesse de téléchargement et d’envoi entrent en jeu dans le sous-domaine TIC de l’infrastructure. Au Sénégal, nous constatons une relation inverse entre le coût et la qualité. Normalement, avec des prix plus élevés, vous vous attendez à obtenir la meilleure qualité. Néanmoins; exceptionnellement pour le Sénégal, le coût de l’internet mobile est très élevé (environ 68 $ /mois) et la qualité est très faible. Ils représentent en fait une part considérable du coût pour les startups. La plupart des villes du Sénégal ont un score compris entre 27 et 34, ce qui signifie que le coût de l’internet mobile n’est pas très élevé.

Madame Joëlle Sow de SenStartup ajoute que “bien qu’un travail considérable ait été fait par le gouvernement sénégalais pour améliorer la circulation par la fourniture de routes  permettant aux gens de se déplacer plus rapidement entre les villes, il y a encore beaucoup à faire  dans le domaine  du développement des infrastructures”. Elle a ajouté la nécessité d’investir dans la fibre optique, ce qui serait bénéfique notamment pour les startups technologiques. 

Outre les besoins en matière de TIC, la pollution a toujours été une menace majeure, non seulement pour l’écosystème, mais aussi pour l’ensemble de l’économie, en tant que lourde externalité négative. La plupart des villes sont de plus en plus industrialisées, avec des activités allant de l’agriculture à l’énergie, en passant par les industries minières et de raffinage, les émissions de véhicules et le brûlage des déchets, qui constituent un risque environnemental majeur. Selon un article du New York times, deux causes principales des niveaux élevés de pollution au Sénégal ont été identifiées, la première étant la pollution naturelle due au vent et à la poussière soufflés par le désert du Sahara pendant la saison sèche (connue sous le nom de vents d’harmattan ou saison d’harmattan) et la seconde étant la pollution due à l’industrie et au carburant, en particulier dans le contexte d’une population croissante où le nombre de voitures et de  bus ne cesse d’augmenter sur les routes. Toutefois, ces risques ne rendent pas seulement les choses difficiles pour les entreprises et les startups, mais ont également un impact négatif sur la population et le capital humain. A cet effet, des recherches mettent en avant le témoignage d’une spécialiste des maladies respiratoires qui a noté que dans les hôpitaux de Dakar par exemple, le nombre de cas d’asthme infantile dans l’un des plus grands hôpitaux de la ville avait récemment augmenté. Elle estime qu’un tiers de la population souffre d’une quelconque affection pulmonaire. En outre, le score SFI du pays en matière de pollution est l’un des plus bas, 9,39.

Dans le contexte macro-politique, le Sénégal a relativement bénéficié d’une stabilité politique depuis son indépendance en 1960. Le pays n’a jamais connu de coup d’État ou de guerre civile, ce qui est rare pour la sous-région. Bien qu’il soit classé comme un “régime hybride” dans l’indice de démocratie, la stabilité politique offre aux PME et aux startups un environnement propice à l’expansion et en fait également un écosystème favorable aux investissements étrangers. Cela se reflète également dans le score SFI, le Sénégal ayant un score de Stabilité (politique) de 61,94.. Au niveau mondial, seules quelques villes sénégalaises obtiennent un score supérieur à celui du Sénégal, par exemple Berlin (75,42) et Singapour (100).  La même chose s’ applique pour le niveau de la  démocratie qui se situe à 62,73 dans le SFI. Malgré tous les avantages dont bénéficient les PME au Sénégal du fait de la stabilité politique, il y a malheureusement une mauvaise gouvernance, des niveaux élevés de pots-de-vin et de corruption, qui pèsent sur le score total de la Macro dans la moyenne. 

En outre, malgré une TVA de 18%, certains secteurs critiques sont exemptés : il s’agit des entreprises du secteur du tourisme ainsi que des startups et des PME.  Toutefois, certaines politiques encourageantes ont récemment amélioré le cadre juridique.  A titre d’ exemple ;l’initiative du gouvernement pour faciliter la création et la légalisation des startups, un bureau gouvernemental, le BCE (Bureau d’appui à la Création d’Entreprise) a été créé. Le BCE a permis de réduire le temps d’attente pour la création de petites entreprises ainsi que pour les startups. Ce bureau permet aux startups au Sénégal de compléter le processus d’enregistrement et de créer officiellement une entreprise en 6 jours. Seuls quelques pays, comme Singapour (2,5 jours) et Bangkok (4,5 jours) sont aussi efficaces dans ce domaine, ce qui se reflète dans le score SFI à Dakar (98,03 pour le délai d’enregistrement des entreprises). 

 Cependant, dans le domaine du marché, les performances du Sénégal sont médiocres, la plupart des villes ayant une moyenne de 20,00 pour le score SFI du marché.  Bien que le pays joue un rôle primordial au sein de   l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest-africaine), il ne parvient pas à tirer parti de son ouverture commerciale. Comme la plupart des pays de la région, le pays est fortement dépendant des importations, ce qui met la pression sur les entreprises locales pour qu’elles soient compétitives face aux faibles prix mondiaux et crée une balance commerciale négative. Dans le SFI, cela se traduit par un score de 12,60, ce qui est très faible, même comparé à une autre économie comme le Ghana, qui se situe à 42,10 (balance commerciale). 

En outre, la scène des startups souffre de ses scores en matière de logistique et de pénétration du marché. Le Sénégal a une mauvaise performance sur l’indice de performance logistique (seulement 13,33). La baisse la plus importante de son score est due à la faiblesse de son marché numérique, avec un score de seulement 14,33 (l’un des plus faibles au niveau mondial).

Par ailleurs,en raison du pourcentage élevé d’entreprises informelles (en particulier dans les petites villes et les zones rurales), il n’y a pas de nécessité particulière d’ouvrir des comptes bancaires. Notre SFI montre que les utilisateurs d’achats en ligne ne représentent que 3% de la population totale, selon les données de la Banque mondiale sur la pénétration du téléphone portable, ce qui leur donne un score de 2,43. Cependant, des sources plus régionales montrent que ce n’est peut-être pas tout. Selon une étude récente menée par l’Agence régionale des télécommunications (ARTP), le Sénégal a un taux de pénétration de la téléphonie mobile de plus de 110 %. Il est très rare de rencontrer quelqu’un à Dakar qui n’a pas de téléphone”. Vraisemblablement, des sources comme DakarStartup ont une vision beaucoup plus réaliste de la situation`. Sow ajoute que malgré cet avantage de la transition du Sénégal vers le mobile, les magasins en ligne ne fournissent pas beaucoup d’options de paiement électronique comme le “orange money” local. À ce stade, il devient difficile pour les utilisateurs d’acheter en ligne. Le récit est que les startups ont commencé à capitaliser sur cette opportunité et de nombreuses startups fintech proposent de nos jours  des services de paiement en ligne. 

 Il est important de noter qu’au Sénégal, tout comme dans le reste de l’Afrique subsaharienne, le nombre de personnes ayant un compte bancaire (inclusion financière) est très faible. Selon la base de données mondiale sur l’inclusion financière, le taux d’inclusion financière est d’environ 42,3% avec un taux de compte mobile money de plus de 20%. Cependant, des sources locales comme SikaFinance estiment que le taux réel d’accès aux services bancaires et de crédit est d’environ 20%. Bien que le pays soit relativement plus performant que d’autres pays de la région comme le Nigéria (avec un taux de findex global de 39,7%), il y a encore beaucoup à faire par rapport aux pays d’Afrique de l’Est comme le Kenya avec un taux de findex global de 81% et un taux de compte mobile money de plus de 72%.  De plus, selon le quotidien, il n’existe qu’environ 120 000 comptes bancaires sur une population de 17 millions de personnes. Le paiement numérique facilite les transactions financières car elles peuvent être effectuées à partir des téléphones mobiles. E-paiement et autres moyens de paiement électroniques comme Orange money (Orange Money, O.M. est service de transfert d’argent et de paiement mobile du groupe Orange, proposé dans la majorité des pays d’Afrique) ainsi que d’autres modèles de paiement électronique pourraient être une voie à suivre pour améliorer l’inclusion financière de la population en général et est également un excellent moyen de promouvoir le commerce électronique et d’évoluer vers une économie numérique

Ainsi; en prenant en compte tous les défis infrastructurels auxquels sont confrontés les entrepreneurs, l’importance des startups pour l’économie et la volonté de catalyser la numérisation et l’innovation dans l’économie, le gouvernement sénégalais a élaboré un certain nombre de politiques pour rendre l’écosystème compétitif. L’action politique la plus connue  jusqu’à présent a été le Senegalese Startup Act de 2019. Ainsi, le Sénégal est devenu  le 2ème  pays Africain après la Tunisie à mettre en place ces cadres pour la promotion des startups dans l’écosystème.

Par conséquent; afin d’examiner de plus près les efforts du gouvernement dans le but de stimuler l’entrepreneuriat dans l’économie, notre prochaine section, Politiques en mouvement, examine les textes de loi les plus marquants.


Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)


More on our blog

18.05.2021

Senegal

news

enpact and SenStartup Cooperate to Develop The Startup Ecosystem in Senegal

Through this strategic collaboration, the two associations are able to provide more comprehensive support services for startups in Senegal.

link

08.09.2021

AfricaSenegal

news

Announcing ’empower’ issue #2: Senegal!

Take a look at our recent publication, the new 'empower' magazine, showcasing the power of the Startup Friendliness Index (SFI)!

link

25.10.2021

Africa, EuropeSenegal

news

Investment in Senegalese startups

The Senegalese startup ecosystem is increasingly becoming attractive for investors. On which basis this attractiveness is evaluated?

link