Can startups lead Senegal out of informality?

The definition of informal work is straightforward: economic activity that is not tracked or registered by a government and thus exists outside of tax and regulation practices. Typically, we think of manual or domestic labor, taxi driving or street vendors as informal workers.

In the context of understanding informal economic work and how to overcome it, it is important to keep its intricacies and benefits as well as its drawbacks in mind. It is tempting to think of informal work as antiquated or even criminal but it is neither. For most of the world, informal work is an opportunity for paid work when formal work is unavailable. Care work, largely informal for nearly the entire globe, powers economies but is almost always discounted. All global economies have a sizable amount of informality, albeit with significant disparities not only by region or country, but indeed within countries amongst persons with differing backgrounds (gender or sexual identity, race or ethnicity, migration status, age, or income status) .

Nonetheless, the extent to which informality remains an obstacle to economic development in emerging economies is clear. Far from lacking a labor force, Sub-Saharan Africa has the highest average rate of labor force participation at 70.9 percent, above the global average of 63.5 percent. Estimates of non-agricultural informal work in the continent place the regional average at 66% of total employment. In countries where sex-desegregated data exists, a clear gap between men and women exist, with women having an informal rate of 74% compared with 61% for men, likely not accounting entirely for the extent of child and home care they undertake. For youth in the region, the extent of informality is also startling: nearly 8 in 10 fall under informal employment .

While Senegal offers many regional advantages in terms of stability and economic growth, it is still struggling with the informality of its economy. The demand for work is out of step with the supply — the rate of demand is twice that of the supply and young people make up half of the population. According to a 2018 ILO report, 97% of enterprises in Senegal are informal . Besides the obvious drawbacks of a rampant informal economy such as a lack of legal protection for workers or social protections in the absence of pension, unemployment, healthcare, etc., informality also weakens the ability to govern and develop. Without formal businesses to add to the tax base, there is a significantly lower amount of resources to combat recessions, greater risk of poverty, less development, and weaker investment. In particular, informality can put off investors to invest in startups and SMEs in the region with formal structures. These disadvantages can also make governments and economies less resilient to crises, of which the COVID-19 pandemic is certainly an apt example.

 

 

Economists agree that there is no one-size fits all solution for large informal economies. To address it, holistic methods have to be sustained over decades to reduce inequalities and informality through the ‘market’. Improvements to education, access to the judicial system, updates to fiscal policy, and innovations in the labor market are all necessary to target informality. The heft of the work is one reason that informality remains an enduring challenge.

But not all is lost and surprising innovations can kick-start the journey to a more formalized economy. A great regional example of targeted public policy to address informality comes from Morocco. Beginning in 1988, Morocco started targeting informality in its economy. From hovering around 40% initially, by 2018 the country reduced the level of informality to less than 30% of the economy . Experts conclude that an array of economic, financial, and institutional reforms in place since the early 2000s are responsible for the drop.

These changes include policies aimed to foster entrepreneurship in the country. The 2015 Law No. 114-13’s primary purpose was to combat unemployment in Morocco by encouraging entrepreneurship . The law made registration as an entrepreneur a one-step process, allowed work from home, included a free dissolution process, and a generous tax rate. Many advocates believe that these types of policies can do a lot to encourage businesses to formalize and give a greater visibility to the benefits of owning your own business.

While an important part of the solution, however, we cannot rely on public policy alone to address informality. Startups themselves can directly combat informality by bringing more people into the formal economy. FinTech businesses in Jakarta, for example, are bringing more of Indonesia’s massive, and largely financially un-included population into formal banking by making it easier to send money digitally even without a formal bank account.

Other startups target informality more directly. One great example from Pakistan is H&O Services, a startup that literally operates by doing the hard, grass-roots work of finding locals who work informally in small towns and positively approach them to register for their online service. H&O Services is a head-hunting platform that serves as a win-win-win for workers, employers, and the state. The startup relies on cultural structures to find and attract laborers by calling on village chieftains to help in recruitment and add legitimacy to their efforts. Prospective employees are interviewed and given a profile, including video interviews. They are also informed about the benefits of entering the formal market such as state benefits including pensions and health insurance. Employers benefit from a readily available database of talent with verified skills. And, of course, the state benefits from bringing citizens into the formal economy.

Clearly, there is a lot of space for startups to move in and aid their states in the work of developing the economy. Senegal is no different. Like many other economies in its position, its youth rely on informal work as a source of employment. This, plus the current rise of startups means that the time is ripe for partnerships between the government and the private sector to bring more Senegalese citizens into the formal economy to jointly profit from an improved health and wealth.

 

Les startups peuvent-elles sortir le Sénégal de l'informalité?

La nature du travail informel est assez simple : il s’agit d’une activité économique qui n’est pas suivie ou enregistrée par un gouvernement et qui existe donc en dehors des pratiques fiscales et réglementaires. En général, nous considérons le travail manuel ou domestique, la conduite de taxi ou les vendeurs de rue comme des travailleurs informels.

Pour comprendre le travail économique informel et savoir comment le surmonter, il est important de garder à l’esprit ses subtilités et ses avantages, ainsi que ses inconvénients. Il est parfois tentant de considérer le travail informel comme un phénomène désuet, voire criminel, mais il n’est ni désuet ni malveillant. Pour la majeure partie du monde, le travail informel est une opportunité de travail rémunéré lorsque le travail formel n’est pas disponible. Le travail de soin, largement informel pour la quasi-totalité du globe, alimente les économies mais est presque toujours escompté. Toutes les économies mondiales présentent une part non négligeable d’informalité, avec toutefois d’importantes disparités non seulement par région ou par pays, mais aussi au sein d’un même pays, entre des personnes d’origines différentes (sexe ou identité sexuelle, race ou ethnie, statut migratoire, âge ou revenu).

Néanmoins, la mesure dans laquelle l’informalité demeure un obstacle au développement économique dans les économies émergentes est claire. Loin de manquer de main-d’œuvre, l’Afrique subsaharienne affiche le taux moyen de participation à la population active le plus élevé, soit 70,9 %, ce qui est supérieur à la moyenne mondiale de 63,5 %. Les estimations du travail informel non agricole sur le continent situent la moyenne régionale à 66 % de l’emploi total. Dans les pays où il existe des données ventilées par sexe, il existe un écart clair entre les hommes et les femmes, les femmes ayant un taux d’emploi informel de 74% contre 61% pour les hommes, ce qui ne tient probablement pas entièrement compte de l’ampleur des soins aux enfants et à la maison qu’elles assument. Toutefois, pour les jeunes de la région, l’étendue de l’informalité est également surprenante : près de 8 sur 10 relèvent de l’emploi informel.

Si le Sénégal présente de nombreux avantages régionaux en termes de stabilité et de croissance économique, il est toujours aux prises avec l’informalité de son économie. La demande de travail est en décalage avec l’offre – le taux de la demande est deux fois supérieur à celui de l’offre et les jeunes représentent la moitié de la population. Selon un rapport de l’OIT de 2018, 97 % des entreprises au Sénégal sont informelles.

Outre les inconvénients évidents d’une économie informelle galopante, comme l’absence de protection juridique des œuvres ou de protections sociales en l’absence de retraite, de chômage, de soins de santé, etc, l’informalité affaiblit également la capacité à gouverner et à se développer. Sans entreprises formelles pour enrichir l’assiette fiscale, les ressources pour lutter contre les récessions sont nettement inférieures, le risque de pauvreté est plus élevé, le développement est moindre et les investissements sont plus faibles. Par ailleurs, cela peut rendre les investisseurs réticents à investir dans les startups et les PME de la région dotées de structures formelles. Ces désavantages peuvent également rendre les gouvernements et les économies moins résistants aux crises, comme c’ est le cas pour la pandémie de COVID-19 qui s’avère être certainement un bon exemple.

 

 

En outre, selon les économistes, il n’existe pas de solution unique pour les grandes économies informelles. Pour y remédier, des méthodes globales doivent être appliquées pendant des décennies afin de réduire les inégalités et l’informalité par le biais du “marché” ; des améliorations de l’éducation, de l’accès au système judiciaire, des mises à jour de la politique fiscale et des innovations sur le marché du travail sont toutes nécessaires pour cibler l’informalité. La lourdeur de la tâche est l’une des raisons pour lesquelles l’informalité reste un défi permanent.
Mais tout n’est pas perdu et des innovations surprenantes peuvent donner le coup d’envoi du voyage vers une économie plus formalisée. Un excellent exemple régional de politique publique ciblée sur l’informalité nous vient du Maroc. Dès 1988, le Maroc a commencé à cibler l’informalité dans son économie. Alors qu’il tournait autour de 40 %, le pays a atteint en 2018 moins de 30 % de l’économie estimée dans le secteur informel. Les experts concluent qu’un ensemble de réformes économiques, financières et institutionnelles mises en place depuis le début des années 2000 sont responsables de cette baisse.

Parmi ces changements figurent les politiques visant à favoriser l’entrepreneuriat dans le pays. La loi n° 114-13 de 2015 avait pour objectif principal de lutter contre le chômage au Maroc en encourageant l’entrepreneuriat. La loi a simplifié l’enregistrement de l’ entrepreneur et a rendu le processus en une seule étape, a permis le travail à domicile, le processus de dissolution libre, et un taux d’imposition de la génération. Ainsi, de nombreux défenseurs estiment que ces types de politiques peuvent faire beaucoup d’efforts dans le but d’encourager les entreprises à se formaliser et donner une plus grande visibilité aux avantages de posséder sa propre entreprise.

Bien qu’il s’agisse d’une partie importante de la solution, nous ne devons toutefois pas compter uniquement sur les politiques publiques pour lutter contre l’informalité. Les startups elles-mêmes peuvent contribuer directement à l’informalité en faisant entrer davantage de personnes dans l’économie formelle. Les entreprises FinTech de Jakarta, par exemple, recrutent une grande partie de la population indonésienne, étant largement exclue financièrement du système bancaire officiel en facilitant l’envoi d’argent par voie numérique, et ceci sans obligation de compte bancaire officiel.

Pourtant, d’autres startups ciblent plus directement l’informalité. Un excellent exemple au Pakistan est celui de H&O Services; il s’agit d’ une startup qui opère littéralement en faisant la partie dur du travail de base consistant à trouver les habitants qui travaillent de manière informelle dans les petites villes et à les rapprocher positivement pour qu’ils s’inscrivent à leur service en ligne. H&O Services est essentiellement une plateforme de chasse aux têtes qui sert de gagnant-gagnant pour les travailleurs, les employeurs et l’État. Les employés potentiels passent un entretien et reçoivent un profil, y compris des entretiens vidéo. Les employés potentiels sont informés des avantages qu’il y a à entrer sur le marché officiel, comme les prestations de l’État, notamment les pensions et l’assurance maladie. La startup s’appuie sur les structures culturelles pour trouver et attirer des travailleurs en faisant appel aux chefs de village pour les aider dans le processus du recrutement et ajouter de la légitimité à leurs efforts. Les employeurs bénéficient d’une base de données facilement accessible de talents aux compétences vérifiées. Et bien sûr, l’État bénéficie de l’intégration des citoyens dans l’économie formelle.

Par ailleurs, il est clair qu’il y a beaucoup d’espace pour que les startups s’installent et aident leurs états dans le travail de développement de l’économie. Le Sénégal ne fait pas exception . En outre, comme beaucoup d’autres économies dans sa position, ses jeunes comptent sur le travail informel comme source d’emploi. Cette situation, à laquelle s’ajoute l’essor actuel des startups, signifie que le moment est venu d’établir des partenariats entre le gouvernement et le secteur privé afin d’intégrer davantage de citoyens sénégalais dans l’économie formelle et de leur offrir de meilleures chances de santé et de richesse.


Manager of Data & Research

Heather Dannyelle works as the Manager of  enpact’s Data & Research sector. Originally from Los Angeles, Dannyelle has lived and worked in Berlin, Germany for two years. Her primary work at enpact revolves around product design, policy research, and authoring reports on enpact’s Startup Friendliness Index (SFI). In June 2021, she graduated from The Hertie School with a Master of Public Policy with a concentration in Policy Analysis. She also holds a Bachelor’s of Science in Material Sciences and Engineering. 

Dannyelle is the creator and Editor-in-Chief of the empower magazine.


More on our blog

05.10.2021

Europe, North Africa, East Africa, Middle East, West AfricaGermany, Egypt, Ghana, Kenya, South Africa

news

AfricaBerlin Network Project Launch – Connecting Startups and Ecosystems

We're proud to announce the launch of the "AfricaBerlin Network" dedicated to connecting startups and ecosystems towards collaborative, global growth.

link

25.10.2021

Africa, EuropeSenegal

news

SFI Overview of Senegal

Discover through this article an in depth analysis for our SFI in Senegal from different perspectives

link

25.10.2021

West AfricaSenegalDakar, Thiès, Saint-Louis, Bambey

news

Senegal: a blueprint for West Francophone Africa’s startup ecosystems

link