Comparing Thiès and Bambey

Quick Facts:
Population:2,213,000 (Thiès) (2020) and 299,000 (Bambey) (2011)
Top Industries: Industry and Agriculture, Transportation, Textiles

In the following article we will do a point-by-point comparison of two cities in Senegal: Thiès and Bambey. We chose to highlight these cities because, in spite of their nascent startup growth prospects, they have a considerable industrial and agricultural sector.

While having a good reputation as an innovative agricultural and horticultural hub, Thiès is a small town with a limited number of startups. Thiès scores 33.16 on the SFI, mainly due to its poor Human Capital performance ranking at 49.71, poor Talentpool at 20.96, mediocre Finance set up at 23.92 and poor Market Index at 20.62. It is worth mentioning that Thiès performs the worst among all Senegalese cities based on our global SFI index, however, it performs relatively well compared to other cities in the MENA region.

Nonetheless, Thiès is an important town in Senegal. It is known as an industrial hub and transportation hub, for its massive livestock and local tapestry, and also as a dissident town and a city that spearheaded the pre-independence labor movement that helped shape the current day Senegalese labor unions.

Bambey is a small town that despite only being a fraction of Thiès’ size shares many characteristics with the larger city. Bambey’s higher score of 33 on the SFI can be attributed to a better Human Capital at 52, a better qualified Talentpool scoring 28 and a higher number of university students per inhabitant at 32 per thousand.

 

Thiès’ emergence as an energy hub for Senegal

With a massive rural exodus and “uncontrolled urbanization” in Dakar, the country’s capital witnessed a saturation that acted as a hindrance to its growth and development in recent years. With that in mind, the local government has been trying to improve the living conditions of its 3 million inhabitants and contain its demographic growth. The ultimate strategy used in achieving this was to relocate both people and economic activities to the nearby city of Thiès.

As such, the city became attractive for executives wishing to resettle, those who wanted another place to retire and even private companies who wished to relocate or open new plants and offices. Within a few years, Thiès grew from a population of 283,000 in 2006 to one million in 2020 .

With this rapid rate of urbanization, Thiès developed into the most important industrial hub of the country. A diverse number of industries have moved to Thiès, including mining, the cement industry, farming, energy, and others. Major international corporations have also settled in Thiès. A good example is Nigerian company Dangote, which relocated to Thiès in 2014, and is one of Africa’s biggest producers of cement.

More importantly, there is a growing renewable energy hub. According to APA News, of the 9 power plants (solar and wind) that supply energy to the country, 6 of them are located within the Thiès region . Research shows four factors responsible for Thiès being a champion in renewable energy in Senegal and West Africa:

1. Abundant natural resources (wind and solar irradiation).2. Ease of logistical parameters and proximity to Dakar.
3.The availability of evacuation stations paired with the high voltage line of SENELEC (Senegal’s National Electricity Company) that favors cost optimization in the transportation of energy and;
4. High government support and investment into the city of Thiès and its industrial sector.

The involvement of this particular industry is important to Thiès as it contributes to a cleaner and safer energy. This can also be seen on the SFI where Thiès has the best score among Senegalese countries for Power Outages with a score of 97.22 (a high score indicates that the city has few problems with power outages).

We can also argue that the high use of renewable energy provides a higher quality of water as study shows that it may help reduce the cost of energy and increase the provision of sustainable water due to its low environmental impact. In this case, Thiès scored 94.44 for Water Supply Quality, making it the second best city in Senegal after Saint-Louis which scored 100. This sector is a fundamental boost for Thiès’ above average score in the Utilities subdomain as it ranks second among Senegalese cities (even better than Dakar) at 67.61. Taking other African cities into consideration, there is still room for improvement when looking at cities like Kumasi scoring 71.41 or Khartoum scoring 79.92 on the Utilities subdomain. The main reason for this difference is the poor performance in the Pollution index for Senegalese cities, 9.39 as compared to a score of 74.31 in Ghana for example. More should be done to reduce the pollution levels not only in Thiès but also nationwide.

 

 

 

In contrast, Bambey stands out as an agro-hub

As a relatively small city in Senegal, Bambey’s economic activity is largely dominated by its agricultural production. In contrast to Thiès, locals from the region of Diourbel in general and Bambey in particular have a remarkable culture and are known for their successful business creation skills across the nation. Coumba Diop, Head of Innovation and Youth Insertion at Alioune Diop University, mentions that “one of the things that sets Bambey apart from other Senegalese cities is their national reputation for their business-building skills. There are numerous ventures created in Bambey and oftentimes, they expand to other regions in Senegal”.

Bambey is increasingly emerging as a startup hub, as it has some newly created institutions that center around startup promotion and increasing human capital. Diop laments that, despite progress, ”for a long time, Bambey was the only startup town and regional headquarter to not have a university”. The local university was only founded in 2007. “The university organizes programs like hackathons, challenges, startup competitions,” she mentions, highlighting the importance of having a university to spark startup life. These activities all contribute to the ecosystem in terms of human capital and startup activity.

Most startups in Bambey, however, are more inclined towards the production of primary resources and agriculture. One big reason for that is its proximity to the nearby city of Touba, which is known as a holy city popular with pilgrims. During religious festivals, there is a high demand for food and similar commodities. This puts agricultural entrepreneurs in a favorable position to sell their products as Touba represents a big market as one of the biggest cities in Senegal. The agricultural hub has grown in Bambey as a result of this factor and the main economic activity will likely remain the primary sector in the years to come.

It is worth mentioning that entrepreneurs and SMEs in both towns are beginning to switch to better engineering techniques and are adopting technology to achieve larger scale outputs. This represents an opportunity for innovative startups, such as those that are attracted to events organized by the Chamber of Commerce and Industry (CCIST) in Thiès, for example. The CCIST is a state institution that empowers entrepreneurs and SMEs by organising training sessions in leadership and management, informing the ecosystem about relevant and current opportunities, assisting entrepreneurs in drawing up their business plans, orienting them as well as assistance in obtaining subventions to increase production and output. The CCIST is specialized in assisting entrepreneurs in the specific industries of agriculture, transport and tourism.

 

On the road to a developed talent pool and labor force

Bambey received one of the highest scores in the country due to the contributions of the students from its Universities (SFI score of 8.27). This contributes to the Skilled Workforce in the ecosystem as it outperforms Thiès on this level in the SFI (56 versus 14 for Thiès). Coumba Diop also adds that university activities such as hackathons, competitions (known as ‘concours’), awards, prize challenges, and competitions contribute to the skills of the students. However, the challenge remains that the University of Bambey is the only state university without an incubator in the country. It is enpact’s goal to collaborate with the university to create an incubator to empower student entrepreneurship.

 

Difficulty acquiring startup financing

While Thiès ranks in the midrange on the SFI Finance domain, Bambey is the most difficult town to secure financing as a startup in Senegal. Bambey scores 16.73 in the Finance domain as compared to Thiès’ 20.77. As one of the smallest regions, Bambey doesn’t have a large number of companies or financial institutions that could attract investors. Coumba corroborates this, saying “despite the presence of infrastructure and government institutions geared towards supporting entrepreneurship and startups and the resources allocated, there are not as many as those present in bigger towns”.

In contrast to other cities where financial support is larger, not much financial support is provided by the state. Coumba confirms that, “more and more missions and responsibilities are added to the university but without substantial funding to support these activities”. In that same light, Coumba added that “most cities have branches of banks and other institutions, but Bambey doesn’t really have banks […] the banks are located about 30 km away from us. But we have lots of MFIs in the area”.

In Thiès, on the other hand, in addition to government support of the industrial activities, there is additional funding that may come from international corporations. According to Afrique IT News, the USAID (United States Agency for International Development) financed three startups with a total funding of $9.9 million . Within the USAID’s West Africa Trade and Investment Hub program, these projects were funded to provide assistance in developing an e-commerce platform, boost capacity of production, and the industrial transformation of agricultural products.

 

The sector specific startup scene

Thiès, being a pure industrial city, is driven towards agricultural and industrial innovation rather than tech startup activities. In this regard, the city has only a few startups. Thiès scores a 1 in the Hubs indicator as there is only a number of coworking spaces (4.51) to account for. Bambey scores a 0 on this subdomain as most startups still remain informal and are run as family businesses. There is also no record of startup activity in Bambey according to our indicators. However, there are meetups and agro-pastoral shows as well as hackathons organized within the framework of universities. As the only university without an incubator, Coumba shares her long term vision as she mentions “when I see that there is finally an incubator, built, fully operational and inaugurated, then I can leave”.

 

Comparaison entre Thiès et Bambey

Statistique rapides:
Population:2,213,000 (Thiès) (2020) and 299,000 (Bambey) (2011)

Industrie principaux: Industrie Agricole,  industrie manufacturière, Transportation, Textile

Nous avons choisi de mettre en avant ces villes car, en dépit de leurs perspectives de croissance naissantes en matière de startups, elles disposent d’un secteur industriel et agricole considérable qui constitue une contribution importante pour le pays.

Tout en ayant une bonne réputation en tant que pôle agricole et d’innovation dans l’horticulture, Thiès est une ville plus petite avec un petit nombre de startups. Thiès obtient un score de 33,16, principalement en raison de la faible performance de son capital humain (49,71), de la faiblesse de son vivier de talents (20,96), de la médiocrité de son système financier (23,92) et de la faiblesse de son indice de marché (20,62). Il convient de mentionner que Thiès est la moins performante de toutes les villes sénégalaises selon notre indice SFI global, mais qu’elle est relativement performante par rapport aux autres villes de la région MEA.

Cependant, il s’agit d’une ville importante dans le pays, car elle n’est pas seulement connue pour son centre industriel, son centre de transport, son élevage massif et sa tapisserie locale, elle est également connue comme une ville dissidente et une ville qui a été le fer de lance du mouvement ouvrier d’avant l’indépendance et a contribué à façonner les syndicats sénégalais actuels.

En comparaison, Bambey, qui est une ville beaucoup plus petite, partage la plupart des caractéristiques de Thiès, à l’exception de quelques zones particulières . Le score relativement plus élevé de Bambey (33) dans le SFI pourrait être attribué à un meilleur capital humain (52), à une réserve de talents plus qualifiés (28) et à un nombre plus élevé d’étudiants universitaires par habitant (32).

 

L’émergence de Thiès comme pôle énergétique du Sénégal

Avec un exode rural massif et une ” urbanisation sauvage ” à Dakar, la capitale du pays a connu une saturation qui a constitué un frein à sa croissance et à son développement. Dans cette optique, le gouvernement local a tenté d’améliorer les conditions de vie de ses 3 millions d’habitants et de contenir sa croissance démographique. La stratégie utilisée pour y parvenir a été la ville voisine de Thiès. En raison de sa proximité avec Dakar, Thiès a été utilisée non seulement pour relocaliser la population, mais aussi pour délocaliser certaines activités. 

La ville est ainsi devenue attrayante pour les cadres souhaitant se réinstaller, d’ autres  qui voulaient un autre endroit pour prendre leur retraite et même les entreprises privées qui souhaitent se réinstaller ou ouvrir de nouvelles usines et de nouveaux bureaux. Quelques années plus tard, Thiès passe d’une population de 283 000 habitants en 2006 à un million en 2020 . 

Avec ce taux d’urbanisation rapide, Thiès a non seulement connu une forte productivité agricole, mais est également devenue le plus important centre industriel du pays. 

Un nombre diversifié d’industries se sont installées à Thiès, y compris les mines, l’industrie du ciment, l’agriculture, l’énergie, et d’autres. De grandes entreprises internationales se sont également installées à Thiès. Un bon exemple est le géant nigérian Dangote, qui s’est installé à Thiès en 2014, et qui est l’un des plus grands producteurs de ciment d’Afrique. 

Plus important encore, il existe un pôle d’énergie renouvelable en pleine expansion. Selon APA News, sur les 9 centrales électriques (solaires et éoliennes) qui fournissent de l’énergie au pays, 6 d’entre elles sont situées dans la région de Thiès. Les recherches montrent que quatre facteurs expliquent que Thiès soit un champion des énergies renouvelables au Sénégal et en Afrique de l’Ouest :

1.  L’abondance des ressources naturelles (vent et rayonnement solaire),
2.  La facilité des paramètres logistiques et la proximité de Dakar,
3.  La disponibilité de stations d’évacuation couplées à la ligne haute tension de la SENELEC (Société nationale d’électricité du Sénégal) qui favorise l’optimisation des coûts de transport de l’énergie,
4.  Le soutien et les investissements importants du gouvernement dans la ville de Thiès et son secteur industriel.

La contribution de cette industrie particulière est importante pour Thiès car elle contribue à une énergie plus propre et plus sûre. Cela peut également être vu sur le SFI où Thiès a le score le plus élevé parmi les pays sénégalais pour les pannes d’électricité avec 97,22, proche de la perfection de Singapour avec 100 (où un score élevé indique que la ville a peu de problèmes avec les pannes d’électricité).

Nous pouvons également affirmer que l’utilisation élevée d’énergies renouvelables fournit une eau de meilleure qualité, car une étude montre qu’elle peut aider à réduire le coût de l’énergie et à augmenter la fourniture d’eau durable en raison de son faible impact environnemental ; dans ce cas, Thiès obtient un score de 94,44 pour la qualité de l’approvisionnement en eau, ce qui en fait la deuxième meilleure ville du Sénégal après Saint-Louis qui obtient un score de 100. Ce secteur est un stimulant fondamental pour le score supérieur à la moyenne de Thiès dans le sous-domaine des services publics, car elle se classe deuxième parmi les villes sénégalaises (même mieux que Dakar) avec un score de 67,61. Par conséquent; si l’on compare avec d’autres villes dans le contexte africain, il reste encore du travail à faire si l’on considère des villes comme Kumasi qui obtient un score de 71,41 ou Khartoum qui obtient un score de 79,92 dans le sous-domaine des services publics. Toutefois; la principale raison de cette différence est la mauvaise performance dans l’indice de pollution des villes sénégalaises, 9,39 par rapport à un score de 74,31 à Kumasi par exemple.Par conséquent :il faudrait faire davantage d’ efforts pour réduire les niveaux de pollution non seulement à Thiès mais aussi dans tout le pays.

 

 

 

En revanche, Bambey se distingue en tant que pôle agroalimentaire

Bambey est une région relativement petite du Sénégal, dont l’activité économique est largement dominée par la production agricole. Contrairement à Thiès, les habitants de la région de Diourbel en général et de Bambey en particulier ont une culture remarquable et une création d’entreprise réussie connue dans tout le pays. Madame Coumba mentionne que ” l ‘une des choses qui distingue Bambey des autres villes sénégalaises est sa réputation nationale pour ses compétences en matière de création d’entreprises. De nombreuses entreprises sont créées à Bambey et, souvent, elles s’étendent à d’autres régions du Sénégal”.

Bambey s’impose de plus en plus comme un centre de création d’entreprises, grâce à l’ instauration d’institutions axées sur la promotion des entreprises et l’augmentation du capital humain. Madame Coumba Diop, responsable de l’innovation et de l’insertion des jeunes à l’Université Alioune Diop, déplore que, malgré les progrès réalisés, ”pendant longtemps, Bambey a été la seule ville de startups et le seul chef-lieu de région à ne pas avoir d’université”. L’université n’a été créée que récemment, en 2007. “L’université organise des programmes comme des hackathons, des challenges, des compétitions de startups”, mentionne-t-elle, soulignant l’importance de l’existence d’ une université pour susciter la vie des startups. Toutes ces activités contribuent à un gain pour l’écosystème en termes de capital humain et d’ activités des startups.

 

Cependant, la plupart des entreprises de Bambey sont davantage orientées vers la production de ressources primaires et l’agriculture. L’une des raisons principales est la proximité de la grande ville de Touba, connue pour être une ville religieuse ou sainte. Toutefois,pendant les fêtes religieuses, il y a une forte demande de nourriture et de produits connexes.
Cela place les entrepreneurs agricoles dans une position favorable pour vendre leurs produits, car Touba, l’une des plus grandes villes du Sénégal, représente un marché important. Le pôle agricole s’est développé à Bambey grâce à ce facteur et la principale activité économique restera probablement le secteur primaire dans les années à venir.

Il convient de mentionner que les entrepreneurs et les PME des deux villes commencent à se tourner vers de meilleures techniques d’ingénierie et adoptent la technologie pour obtenir des résultats à plus grande échelle. Cela représente une opportunité pour les startups innovantes, telles que celles qui sont attirées par les événements organisés, par exemple, par la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCIST) de Thiès. Toutefois; la CCIST est une institution publique qui donne du pouvoir aux entrepreneurs et aux PME en organisant des sessions de formation en leadership et en gestion, en informant l’écosystème des opportunités pertinentes et actuelles, en aidant les entrepreneurs à élaborer leurs plans d’affaires, en les orientant ainsi qu’en les aidant à obtenir des subventions pour augmenter la production et le rendement. Le CCIST est spécialisé dans l’aide aux entrepreneurs dans les secteurs spécifiques de l’industrie, de l’agriculture, du transport et du tourisme.

 

En route vers un vivier de talents et une main d’œuvre développés

Bambey a obtenu l’un des meilleurs scores du pays grâce à la contribution des étudiants et de ses universités, qui ont obtenu un score supérieur à celui des étudiants universitaires, à savoir 8,27 au SFI. Cela contribue également à la présence de travailleurs qualifiés dans l’écosystème, puisque Bambey surpasse Thiès à ce niveau dans le SFI (56 contre 14 pour Thiès). Madame Coumba Diop, responsable de l’innovation et de l’insertion professionnelle des jeunes à l’Université Alioune Diop, ajoute également que les activités universitaires telles que les hackathons, les concours, les récompenses, les challenges, les compétitions contribuent aux compétences des étudiants. Cependant, le défi consiste à ce que l’Université de Bambey soit la seule université publique sans incubateur dans le pays. À cet égard, enpact collabore avec l’Université d’Alioune Diop de Bambey pour créer un incubateur afin d’habiliter l’entrepreneuriat étudiant

 

Difficulté à obtenir des financements de démarrage

Alors que Thiès se situe dans la moyenne pour le financement des startups dans le SFI, Bambey est en fait la ville la plus difficile à trouver des financements parmi les villes sénégalaises. Bambey obtient un score de 16,73 dans le domaine de la finance, contre 20,77 pour Thiès. Étant l’une des plus petites régions, Bambey ne dispose pas d’un grand nombre d’entreprises ou d’institutions financières qui pourraient attirer les investisseurs autant que les grandes villes. Coumba corrobore cela en disant que “malgré la présence d’infrastructures et d’institutions gouvernementales destinées à soutenir l’entreprenariat et les startups et les ressources allouées, il n’y en a pas autant que dans les grandes villes”.

Cependant; contrairement à d’autres villes où le soutien financier est plus important, l’État ne fournit pas beaucoup de soutien financier. Madame Coumba confirme que ”de plus en plus de missions et de responsabilités sont ajoutées à l’université mais sans financement substantiel pour soutenir ces activités”. Dans la même optique, Madame Coumba ajoute que “la plupart des villes ont des succursales de banques et d’autres institutions, mais Bambey n’a pas vraiment de banques… Les banques sont situées à environ 30 km de chez nous. Mais nous avons beaucoup d’IMF dans la région”.

A Thiès par contre, il est possible qu’en plus du soutien du gouvernement aux activités industrielles, il y ait aussi des financements supplémentaires qui peuvent provenir de sociétés internationales. Selon Afrique IT News, l’USAID (Agence américaine pour le développement international) a financé trois startups pour un montant total de 9,9 millions de dollars. Dans le cadre du programme West Africa Trade and Investment Hub de l’USAID, ces projets ont été financés pour fournir une assistance au développement d’une plateforme de commerce électronique, stimuler la capacité de production et la transformation industrielle des produits agricoles.

 

La scène des startups spécifiques au secteur

Thiès, étant une ville purement industrielle, est orientée vers l’innovation agricole et industrielle plutôt que vers les activités des startups technologiques. À cet égard, elle ne compte que quelques startups. Par ailleurs, Thiès obtient un score de 1 pour l’ indicateur Hubs car elle n’a qu’une petite culture d’espace de co-working (4,51) à prendre en compte. Bambey obtient un score de 0,00 sur cet aspect, car la plupart des startups restent encore informelles et sont gérées en tant qu’ entreprises familiales. Il n’y a pas non plus de trace d’activité de startup à Bambey selon nos indicateurs. Cependant, il y a habituellement des meetups ; des salons agro-pastoraux et des hackathons organisés dans le cadre des universités qui ont lieu habituellement dans ces zones. Cela pourrait s’expliquer par l’absence de startups ou de grandes entreprises établies. En tant que seule université sans incubateur, Madame Coumba partage sa vision à long terme en disant “quand je verrai qu’il y a enfin un incubateur, construit, entièrement opérationnel et inauguré, alors je pourrai partir”.

 


Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)


More on our blog

25.10.2021

AfricaSenegal

news

How francophone African countries rely on university incubators

A comparative overview of the reliance of university incubators between English-speaking African countries and French-speaking African countries.

link

25.10.2021

West AfricaSenegal

news

Can startups lead Senegal out of informality?

The rate of informal labor in Senegal is staggering but the country is boasting with young people eager to work. How can startups help with both?

link

05.10.2021

Europe, North Africa, East Africa, Middle East, West AfricaGermany, Egypt, Ghana, Kenya, South Africa

news

AfricaBerlin Network Project Launch – Connecting Startups and Ecosystems

We're proud to announce the launch of the "AfricaBerlin Network" dedicated to connecting startups and ecosystems towards collaborative, global growth.

link