Dakar’s growing startup scene

Dakar’s strength stems primarily from its growing Startup Scene, where it scores 32.08 out of 100. Dakar has been home to an increasing number of coworking spaces and technology parks. Important for Dakar as well as the other cities in Senegal is the continuous government effort to maintain economic and political stability within the country. This contributes to a Macro score of 51.66 thanks to political stability and fast registration processes for startups. Adding to that, Dakar’s strategic position as a future giant startup hub in francophone Africa is a favorable position for the growing startup ecosystem. Finally, and not to be overlooked, Dakar is a very entrepreneurial city; it ranks highly in Entrepreneurial Culture with a score of 78 out of 100, showing that would-be entrepreneurs are not shy to take up the task. 

However, there are some genuine setbacks in this ecosystem, and just as seen above, finance is one of the perennial obstacles. One of the ways for startups to get financed is through calls for applications for long-term or short-term projects. These projects may require startup inventions and input. Banks may need startups for system/software upgrades or to modernize their business activities and services. It is very common that banks work with fintechs to get this output. Of course, only very few startups are selected in these projects as Ahmadou Seck highlights the fact that “during calls for applications just a few startups are actually selected as there are too many startups who apply for these offers”. Ahmadou Seck also proposes that “as a startup, you need to apply to multiple offers at the same time before you can finally get an offer”.

 

Reforming education for a better human capital development

An excellent example of Dakar’s subtle growth is its education system. While the SFI shows a score of 0 for Universities, a lack of educational institutions or universities in Dakar isn’t the reason. Our SFI tracks the number of universities in an ecosystem that are highly ranked according to the Times Higher Education World University Rankings. While none of Dakar’s universities make this list, the city is a regional hotspot for education, even a fiercely competitive one in the case of private universities. There have been several calls to reform Senegalese education into a more hands-on learning approach including a problem-solving focus. Joelle Sow, General Secretary at SenStartup backs this argument as she confirms that “the replica of the French educational system in Senegal is too theoretical”.

The good news is that participation in tertiary education has been on the rise. Shorter programs have been created via training schools like the Virtual University of Dakar which focuses on concise training programs in artificial intelligence. One successful participant was Ahmadou Seck, who completed practical courses for artificial intelligence and later on participated in various startup events with his startup project called Insuris. Seck pitched Insuris during the MEST Africa challenge in 2020 and was among the finalists.

Private companies such as Orange and other incubators also offer various training programs to entrepreneurs. The DER/FJ (Délégation d’Entrepreneuriat Rapide pour les Femmes et les Jeunes) provides support, training and assistance to Senegalese youth and women entrepreneurs in order to empower them. By playing the role of an ecosystem builder, they set up a whole hub including coworking spaces, labs, event spaces, incubator, pre-acceleration, acceleration, and training through their renowned D’Hub 2021-2025 program.

 

 

Foreign influence and the role of expats and the African diaspora is considerable in Dakar

Foreign influence is very visible in Dakar, however, it remains a two-sided blade. The country still struggles with its colonial heritage from France in terms of culture, education and also government. “We have a country which adopts foreign culture and systems instead of putting forth a system which works better for us and that could be used as a blueprint for other countries in the sub-region,” says Joelle Sow. However, on the plus side, a lot of foreign companies and investors are now contributing to the ecosystem.

Besides foreign influence, notable government activity relating to investments can be perceived, with the Senegalese SFI performance in grants funded at 1.71 (although relatively small, but existent). In Dakar, the telecom giant Orange supports the ecosystem with tertiary training through its Orange Academy for free. Foreign incubators and accelerators equally support the ecosystem. Last but not least, expats and foreign-educated Senegalese who are coming back to contribute to the economic development and ecosystem of the country play an important role.

Moreover, the role of the diaspora who support their families back home with remittances, most of which are reinvested into small- and medium-sized businesses, should not be neglected. According to data from the World Bank, remittances accounted for more than 10% of the country’s GDP, while FDI was only about 4% of the GDP scoring a 5 out of 100 on the SFI performance for FDI.

 

Policies towards boosting FDI and Tourism

Because of its “open visa” policy whereby visitors receive a visa in Senegal upon arrival (depending on their country of origin, visitors may not need a visa for up to 90 days), it is comparably easy to enter Senegal. Adding to that, Senegalese citizens are often connected with others from within the sub-region, especially from neighboring countries like Gambia, Mali, Mauritania etc. All these factors contribute to foreigners from these countries being welcomed for business and vice-versa.

Joelle Sow also asserts that SenStartup has policies with government-based institute DER in Dakar to collect considerable and reliable data that may in turn be used by foreign investors who may consider investing in Dakar. Dakar is generally the first city for foreign investments as it has the highest concentration of foreign startups and SMEs in the country. It is no surprise that the country’s FDI has considerably increased over the years. Sources from the World Bank show a massive increase from $272 million USD in 2010 to $983 million USD in 2019. The same source also shows an increase from 1% to 4% of FDI as part of the Senegalese GDP . This shows how important it is for foreign companies to settle in the country.

In addition to the country’s foreign investment policies, Dakar also relies on tourism, as the industry generates 12,000 jobs directly and 18,000 jobs indirectly. 95% of business tourism and events in the country are concentrated in the city of Dakar . Senegal on a national level counts on tourism to stimulate growth and reduce poverty. Despite the effects of the pandemic, tourism still plays a role as a driving force of economic development with the three most important economic features of generation of income, employment and foreign exchange earnings.

 

 

La scène start-up de Dakar en pleine croissance

La force de Dakar réside principalement dans sa scène de startups en pleine expansion, où elle obtient un score de 32,08 sur 100. De plus en plus, Dakar accueille un nombre croissant de hubs considérables, d’espaces de co-working et de parcs technologiques. Il faut également noter l’effort continu du gouvernement pour maintenir la stabilité économique et politique dans le pays. Cela contribue à un score Macro de 51,66 grâce à la stabilité politique et aux processus d’enregistrement rapides pour les startups. Ajouté à cela, la position stratégique de Dakar en tant que futur pays géant des startups en Afrique francophone; ce qui est considéré comme une position admirable pour l’écosystème croissant des startups. Par ailleurs , il faut aussi prendre en considération que Dakar est une ville très entreprenante; elle se classe très bien dans la culture entrepreneuriale avec un score de 78 sur 100, ce qui montre que les entrepreneurs en herbe n’hésitent pas à se lancer.

Toutefois, cet écosystème connaît de véritables revers et, comme nous l’avons vu plus haut, le financement est l’un des éternels obstacles. L’une des manières d’obtenir des financements pour les startups est de lancer des appels à candidatures pour des projets à court ou à long terme. Ces projets peuvent nécessiter l’intervention et la contribution des startups. “Les banques peuvent avoir besoin de startups pour la mise à niveau de systèmes/logiciels ou simplement pour moderniser leurs activités et services. Il est très courant que les banques aient besoin de fintechs pour obtenir ce résultat. Malheureusement, il est probable que très peu d’entre elles soient sélectionnées dans ces projets. A cet égard Ahmadou Seck souligne le fait que “lors des appels à candidatures, seules quelques startups sont réellement sélectionnées car il y a trop de startups qui postulent pour ces offres”. Ahmadou Seck propose également que “en tant que startup, vous devez postuler à plusieurs offres en même temps avant de pouvoir finalement obtenir une offre”. Par conséquent,cela augmente peut-être vos chances d’être sélectionné et financé.

 

Réformer l’éducation pour un meilleur développement du capital humain

Un excellent exemple de la croissance subtile de Dakar se trouve dans son système éducatif. Alors que le SFI affiche un score de 0 pour les universités, il n’y a pas un manque d’institutions éducatives ou d’universités à Dakar. Notre SFI suit le nombre d’universités dans un écosystème qui sont hautement classées selon le Times University Rankings et est facilement disponible pour les pays du monde entier. Bien qu’aucune de ses universités ne figure sur cette liste, Dakar est considéré comme un haut lieu régional de l’éducation, et même un haut lieu de compétition dans le cas des universités privées. Plusieurs appels ont été lancés pour réformer l’éducation sénégalaise et l’orienter vers une approche plus pratique de l’apprentissage et de la résolution de problèmes. Madame SOW Joëlle, Secrétaire Générale de SenStartup soutient cet argument en confirmant “la réplique du système éducatif français au Sénégal qui est trop théorique”.

La bonne nouvelle est que la participation à l’enseignement supérieur est en hausse. Des programmes plus courts ont été créés via des écoles de formation comme l’Université virtuelle de Dakar qui se concentre sur des programmes de formation courts en intelligence artificielle. Ahmadou Seck, qui a suivi des cours pratiques sur l’intelligence artificielle et a ensuite participé à divers événements de démarrage avec son projet de démarrage appelé Insuris, est l’un des participants qui a réussi. Par ailleurs, Insuris a été présenté lors du défi MEST Africa en 2020 et a fait partie des finalistes de cet événement.

En outre, des entreprises privées telles qu’Orange et d’autres incubateurs proposent divers programmes de formation aux entrepreneurs. La DER/FJ (Délégation d’Entrepreneuriat Rapide pour les Femmes et les Jeunes) apporte soutien, formation et assistance aux jeunes et femmes entrepreneurs sénégalais afin de les rendre autonomes dans l’écosystème. Toutefois; en jouant le rôle de bâtisseur d’écosystème, ils ont mis en place tout un hub avec des espaces comme le coworking, les labs, les espaces événementiels, l’incubateur, la pré-accélération, l’accélération, la formation à travers leur célèbre programme D’Hub 2021-2025.

 

 

L’influence étrangère et le rôle des expatriés et de la diaspora africaine est considérable à Dakar

L’influence étrangère est bien visible à Dakar, bien que ce soit une lame à double tranchants. Par ailleurs, il va sans dire que le pays a un héritage colonial français en termes de culture, d’éducation ainsi que la structure gouvernementale. A cet égard, Madame Sow témoigne en parlant des faiblesses du Sénégal. “Nous avons un pays qui adopte une culture et des systèmes étrangers au lieu de mettre en place un système qui fonctionne mieux pour nous et qui pourrait servir de modèle aux autres pays de la sous-région”. Toutefois, le bon côté des choses est que de nombreuses entreprises et investisseurs étrangers contribuent désormais à l’écosystème.

Outre les opérateurs étrangers, nous constatons que le gouvernement est actif dans le domaine de l’investissement, avec la performance de l’IFS sénégalais en matière de subventions financées à 1,71 (bien que relativement faible, mais existant). Toutefois, à Dakar, se trouve le géant des télécoms Orange qui soutient l’écosystème avec des formations tertiaires gratuites à travers sa fondation Orange academy. Il y a aussi des incubateurs et accélérateurs étrangers qui soutiennent l’écosystème et jouent un rôle important. Néanmoins; il y a également le rôle des expatriés et des Sénégalais formés à l’étranger . Ces derniers ont été formés ou ont acquis de l’expérience à l’étranger et qui retournent au pays afin de contribuer au développement économique et à l’écosystème du pays. Madame SOW fait partie de cette catégorie vu ses expériences professionnelles pertinentes.

En outre, il faut aussi considérer le rôle de la diaspora qui soutient les familles restées au pays avec des transferts de fonds, dont la plupart sont réinvestis dans les petites et moyennes entreprises. Selon les données de la Banque mondiale, les envois de fonds représentent plus de 10 % du PIB du pays, alors que l’IDE n’en représente que 4 %, avec un score de 5 sur 100 pour l’IDE selon l’indice SFI.

 

Politiques visant à stimuler les IDE et le tourisme

D’autre part, il est extrêmement facile d’entrer au Sénégal, notamment grâce à sa politique de “visa ouvert”, qui permet d’obtenir un visa au Sénégal dès l’arrivée (selon votre pays d’origine, il est possible que vous n’ayez pas besoin de visa pendant une période allant jusqu’à 90 jours.). En outre, en tant que pays important de l’UEMOA, les citoyens sénégalais sont souvent en contact avec d’autres citoyens étrangers de la sous-région, notamment des pays voisins comme la Gambie, le Mali, la Mauritanie, etc. Tous ces facteurs contribuent à ce que les habitants de ces pays soient toujours bien accueillis pour faire des affaires et vice-versa.

Madame Sow Joëlle affirme également que SenStartup a des politiques avec l’institut gouvernemental DER à Dakar dans le but de collecter des données considérables et fiables qui peuvent être utilisées par les investisseurs étrangers qui envisagent d’investir dans le pays Dakar est généralement la première ville qui accueille l’afflux d’étrangers car elle a la plus grande concentration de startups et de PME étrangères dans le pays. Il n’est pas surprenant que les investissements directs étrangers du pays aient considérablement augmenté au fil des ans. Des sources de la Banque mondiale montrent une augmentation massive de 272 millions USD en 2010 à 983 millions USD en 2019. La même source montre également une augmentation de 1% à 4% des IDE dans le PIB sénégalais. Cela montre à quel point il est important pour les entreprises étrangères de s’installer dans le pays.

En plus des politiques d’investissements étrangers du pays, Dakar mise également sur le tourisme, car cette industrie génère 12 000 emplois directs et 18 000 emplois indirects. 95 % du tourisme d’affaires et des événements du pays sont concentrés dans la ville de Dakar. Au niveau national, le Sénégal compte sur le tourisme pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté. Malgré les effets de la pandémie, le tourisme joue toujours un rôle de moteur du développement économique avec les trois caractéristiques économiques les plus importantes que sont la génération de revenus, l’emploi et les recettes en devises.

 


Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)


More on our blog

05.10.2021

Europe, North Africa, East Africa, Middle East, West AfricaGermany, Egypt, Ghana, Kenya, South Africa

news

AfricaBerlin Network Project Launch – Connecting Startups and Ecosystems

We're proud to announce the launch of the "AfricaBerlin Network" dedicated to connecting startups and ecosystems towards collaborative, global growth.

link

25.10.2021

West AfricaSenegal

news

Can startups lead Senegal out of informality?

The rate of informal labor in Senegal is staggering but the country is boasting with young people eager to work. How can startups help with both?

link

25.10.2021

Africa, West AfricaSenegal

news

Regional Overview: African Startup Ecosystems

Entrepreneurship in West Africa is alive and well. Through our SFI, we explored the strength and weaknesses of the West African Ecosystem.

link