Micro-financing startups and empowering universities in Saint-Louis

 

Despite being a town known for it’s cultural heritage from French colonial rule, Saint-Louis has a considerable number of start-ups, notably in the tourism and agricultural sector. In the recent years, the absence of finance from the main banking sector in favor of startups have given a rise to a great reliance on micro-financial institutions. Similarly, due to better opportunities in the main capital city Dakar and sometimes even abroad, freshly graduated individuals/young talent may be compelled to leave the city. In this regard the university is increasingly having an important role in providing opportunities and integrating local youths to local companies.

 

The growing importance of Micro-financial institutions (MFIs)

A lack of funding is one of the major constraints in this ecosystem as seen on the SFI (Funding Constraint 28.23) with more than 66% of businesses in Saint-Louis identifying the problem. This constraint is persistent because of the difficulty in getting loans from banks. Even when they are available, they generally come at high interest rates. For that reason, cooperatives and micro-financial institutions, as well as Islamic financial institutions are beginning to be more important in the ecosystem, as they are geared towards startups and SMEs. These institutions are developing into a major source of capital access. This can clearly be seen in the SFI performance for Finance with Saint-Louis scoring 32 for SME Loan Access.

On a macro level, MFIs are comparably easy to set up as they benefit from several funding options and other advantages like tax reductions when compared to higher institutions. According to the IMF, 234 MFIs exist in Senegal, a growth trend witnessed throughout developing countries . A comparison can be drawn to Indonesia, where according to the International Food Policy Research Institute about 688 MFIs operate . This implies that MFIs can be one solution for funding startups.

It is important to note that these macro-credit institutions include small community banks, cooperatives, and small Islamic banks (Islamic microfinance) in Senegal.

A comparison of Startup Micro-financing in developing countries and developed countries 

On a more global level, we observe that MFI offerings to startups in developed countries are different in comparison to Sub-Saharan African countries. We note a specialized type of financial offering growing into a fin-hub. Singapore for instance, the highest ranked country on the SFI, has about 850 capital market service licensees, and 191 insurance companies. The city state has established itself as a financial services hub in Asia . The scene is even more interesting in Berlin where there is a thriving and well-developed FinTech hub, with a blend of world-renowned startups spanning areas like finance, cryptocurrencies, insurtech, lending and savings. According to an Ernst and Young report, there are more than 2,500 active startups in Berlin that raised a total of $4.5bn in venture capital funding in 2019 .

 

 

The role of universities in keeping young talents 

Having the highest score for Human Capital performance in Senegal with 54.62 (compared to the biggest city Dakar scoring 51.68), Saint-Louis benefits from bright and skilled minds. However, with a limited Workforce Constraint scoring 92.09 and a qualitative skilled workforce scoring 94.55 (Skilled Workers), there may be an exodus of high-skill workers to bigger cities like Dakar or even abroad. Our findings suggest that some youths may be forced to leave, especially when they face unemployment or don’t have the training that is needed in the area. 

Fatou Kamara insists that Saint-Louis is not only a tourist destination, but also a very “cultural and agriculture driven town”. As a matter of fact, in her scope of work, Fatou has identified more than 200 companies in Saint-Louis while mapping out the ecosystem, which are all linked to agriculture, tourism and a few on internet and communication. With a lack of opportunities, labor could move to other areas such as Dakar where employees can expect higher average salaries ($553.80 in Dakar compared to $254.31 in Saint-Louis). 

The startup ecosystem of Saint-Louis is characterized by more job demand than job availability. Fatou gives an example: “some companies within the ecosystem posted a job vacancy and within the space of 24 hours, they had 1000 applicants”. It also looks like a good number of companies may not have the financial resources to hire new employees despite the fact that they need labor. Fatou refers to this as “silent request” as she explains “a young entrepreneur may not have the financial backing to employ new labor, although he or she needs it. As a result, we often find entrepreneurs having multiple roles at the same time”. In this regard, Fatou thinks the university has a role to play in supporting young entrepreneurs. She says that “the university’s role is to enable the acquisition of skills like personal development, leadership and other skills that will enable young people to integrate themselves easily into the ecosystem”. This will help keep young talent in the country so they can develop their communities rather than going to bigger cities or even abroad.  

The university is not alone in its struggle to keep the local youth in the ecosystem. To help, the government has initiated funding for startups and SMEs who can’t afford to hire employees. The government in turn pays these additional workers when hired. Fatou also describes the central role of the university in this initiative: “the university incubator has been assigned to make a mapping of all youth skills and match them to those of businesses in need of these profiles’’. This will be a great opportunity for young students to gather knowledge and experience.

Micro-financement des start-ups et le rôle grandissant des universités à Saint-Louis.

 

Bien qu’étant une ville connue pour son héritage culturel issu de la colonisation française, Saint-Louis compte un nombre considérable de start-ups, notamment dans le secteur du tourisme et de l’agriculture. Ces dernières années, l’absence de financement de la part du secteur bancaire principal en faveur des start-ups a donné lieu à une grande dépendance vis-à-vis des institutions micro-financières. De même, en raison de meilleures opportunités dans la principale capitale, Dakar, et parfois même à l’étranger, les individus fraîchement diplômés/jeunes talents peuvent être contraints de quitter la ville. À cet égard, l’université joue un rôle de plus en plus important en offrant des opportunités et en intégrant les jeunes locaux dans les entreprises locales.

 

L’importance croissante des institutions micro-financières (IMF)

Comme l’a montré l’étude nationale de l’IFS, le financement est l’une des principales contraintes de cet écosystème,  l’IFS (28.23), puisque plus de 66% des entreprises de Saint Louis ont identifié ce problème. Cette contrainte pourrait s’avérer   persistante  en raison de la difficulté à obtenir des prêts auprès des banques, et même lorsqu’ils sont disponibles, ils le sont généralement  avec des  taux d’intérêt plus élevés. À cet égard, les coopératives et la macro-finance, ainsi que les institutions financières islamiques, commencent à prendre de plus en plus d’importance dans l’écosystème car elles sont orientées vers les startups et les PME. Ces institutions sont une source majeure d’accès au capital. Cela se voit clairement dans la performance du SFI pour la finance, l’indicateur de performance le plus élevé de Saint Louis ayant obtenu un score de 32 sur le SFI pour l’accès aux prêts aux PME.

Au niveau macro, les IMF sont comparativement faciles à mettre en place car elles bénéficient de plusieurs options de financement et d’autres avantages comme les réductions d’impôts par rapport aux institutions supérieures. Selon le FMI, 234 IMF existent au Sénégal, une tendance à la croissance observée dans tous les pays en développement . Une comparaison peut être faite avec l’Indonésie, où, selon l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires, environ 688 IMF opèrent . Cela implique que les IMF peuvent être une solution pour le financement des startups.

Il est important de noter que ces institutions de macro-crédit incluent les petites banques communautaires, les coopératives ainsi que les petites banques islamiques (microfinance islamique) au Sénégal. 

 

Une comparaison du microfinancement des startups entre les pays en développement et les pays développés

À un niveau plus global, nous avons pu observer que les offres des IMF aux startups des pays développés sont assez différentes par rapport aux pays d’Afrique subsaharienne. Nous pouvons observer un type d’offre financière plutôt spécialisé se transformer en un fin-hub. Singapour, par exemple, le pays le mieux classé sur le SFI, compte environ 850 titulaires de licence de services du marché des capitaux et 191 compagnies d’assurance. Singapour s’est imposé comme une plaque tournante des services financiers en Asie. La scène est encore plus intéressante à Berlin, où se trouve un hub fintech florissant et bien développé, avec un mélange de startups de renommée mondiale couvrant des domaines tels que la finance, les crypto-monnaies, les insurtech, les prêts et l’épargne. Selon un rapport d’Ernst and Young, il y a plus de 2 500 startups actives à Berlin qui ont levé un total de 4,5 milliards de dollars en capital-risque en 2019. De bons exemples sont la banque numérique N26 et Trade Republic.

 

Le rôle des universités dans la rétention des jeunes talents 

Ayant le score le plus élevé pour la performance du capital humain au Sénégal avec 54,62 (comparé à la plus grande ville Dakar qui a un score de 51,68), Saint-Louis peut se vanter d’être l’endroit où puiser des ressources brillantes et qualifiées pour les startups. Avec une contrainte de main d’œuvre limitée avec un score de 92,09 et une main d’œuvre qualifiée avec un score de 94,55 (travailleurs qualifiés), il peut y avoir un exode des ressources humaines vers les grandes villes comme Dakar ou même à l’étranger où il y a des pâturages plus verts et plus d’opportunités. D’après les résultats obtenus , les jeunes peuvent être forcés de partir, surtout s’ils sont au chômage ou s’ils n’ont pas acquis la formation correspondante, très recherchée dans la région. 

Fatou Kamara insiste sur le fait que Saint-Louis n’est pas seulement une destination touristique, mais aussi une ville très « culturelle et agricole ». En effet, dans son périmètre de travail, Fatou a identifié plus de 200 entreprises à Saint-Louis tout en cartographiant l’écosystème, toutes liées à l’agriculture, au tourisme et quelques-unes liées au TIC. Avec un manque d’opportunités, la main d’œuvre pourrait se déplacer vers d’autres zones attractives et aussi se déplacer à Dakar par exemple où il y a des récompenses plus élevées pour la main d’œuvre (où le salaire moyen à Dakar est de 553,80 $ par rapport à Saint-Louis, 254,31 $). 

Comme on peut s’y attendre, cet écosystème peut se caractériser par une demande d’emploi supérieure aux offres d’emploi. Madame Fatou en témoigne par un exemple : ” Certaines entreprises de l’écosystème ont publié une offre d’emploi et en l’espace de 24 heures, elles ont reçu 1000 candidatures “. Il semble également qu’un bon nombre d’entreprises n’aient pas les moyens financiers d’embaucher de nouveaux travailleurs malgré le fait qu’elles en aient besoin. Madame Fatou qualifie ce phénomène de “demande silencieuse” en expliquant qu'”un jeune entrepreneur peut ne pas avoir le soutien financier nécessaire pour employer de nouveaux travailleurs, bien qu’il en ait besoin. Par conséquent, nous trouvons souvent des entrepreneurs qui ont plusieurs rôles en même temps”. A cet égard, Madame Fatou pense que l’Université a un rôle à jouer dans le maintien des jeunes entrepreneurs. Elle identifie que le rôle de l’université est de permettre l’acquisition de compétences comme “le développement personnel, le leadership et d’autres compétences qui permettront aux jeunes de s’intégrer facilement dans l’écosystème”. Cela aidera à garder les jeunes talents dans le pays, à rester et à développer leurs communautés plutôt que de partir à l’étranger ou dans d’autres grandes villes. 

L’université n’est pas la seule à s’efforcer de maintenir les jeunes locaux dans l’écosystème. Toutefois,dans le but d’aider cet écosystème, le gouvernement a mis en place un financement pour les startups et les PME qui n’ont pas les moyens d’embaucher des travailleurs. Le gouvernement paie à son tour ces travailleurs supplémentaires lorsqu’ils sont embauchés.  Madame Fatou décrit également le rôle central de l’université dans cette initiative : “l’incubateur universitaire a été chargé d’établir une cartographie de toutes les compétences des jeunes et de les faire correspondre à celles des entreprises qui ont besoin de ces profils”. Ce sera une grande opportunité pour le jeune étudiant d’acquérir non seulement des connaissances et de l’expérience mais aussi un suivi important de ce programme d’échange.


Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)


More on our blog

05.10.2021

Europe, North Africa, East Africa, Middle East, West AfricaGermany, Egypt, Ghana, Kenya, South Africa

news

AfricaBerlin Network Project Launch – Connecting Startups and Ecosystems

We're proud to announce the launch of the "AfricaBerlin Network" dedicated to connecting startups and ecosystems towards collaborative, global growth.

link

25.10.2021

West AfricaSenegal

news

Can startups lead Senegal out of informality?

The rate of informal labor in Senegal is staggering but the country is boasting with young people eager to work. How can startups help with both?

link

18.05.2021

Senegal

news

enpact and SenStartup Cooperate to Develop The Startup Ecosystem in Senegal

Through this strategic collaboration, the two associations are able to provide more comprehensive support services for startups in Senegal.

link