Senegalese and African regional ecosystems in Comparison

Baseline Factors

In enpact’s Data & Research team, we work on comparing startup ecosystems across different cultures, economic systems, and under different contexts. To this end, we consider several identifiers that we deem necessary to begin to build a startup ecosystem. Primarily, these factors relate to infrastructure and governance, without which simple things like connecting to the internet reliably or protecting property rights hinder the average person’s ability to start and maintain a business.

 1.  Dakar is quite expensive 

As the most important city in Senegal, Dakar draws a certain rural exodus in search of better opportunities as well as foreign investors. This results in limited living space and, at times, uncompetitive prices for goods and services, driving up the cost of rents, land, wages, groceries, and hospitality. Ultimately, although Dakar is more expensive than the average African city, it is less expensive than most countries in advanced economies, and it is not among the most expensive cities in Africa.

 

 2.  Internet is expensive but not necessarily of high quality

In Senegal, average wages are about $161 USD per month, with the minimum wage set at $101.53 USD per month. In this context, the average internet cost of $68.03 USD per month is extremely expensive considering the standard of living. Coupled with that, although Dakar has a more than average connection, there are several reports that the internet is not very stable.

 3.  Dakar’s startup scene is still nascent but growing and can serve as the blueprint for francophone Africa

In Dakar, a lot of momentum is building to make the city the next hub of startups. As mentioned previously, Senegal’s Startup Act is the first of its kind in West Africa, and Senegal is the only country in the region that has adopted this framework. This has led other countries to start thinking about implementing similar policies. Currently, the question is ‘who has adopted this Startup Act?’. In the future, the main question will be: ‘which countries have not yet adopted this type of framework?’. Ghana is, for example, starting discussions to implement similar support to drive startup growth.

In addition to its Startup Act, Senegalese policy makers have restructured their mentoring and support programs to support numerous types of startups and small businesses. In the place of a single organisation for a specific type of startup such as the DER/FJ, there are also institutions for funding, while others are specialized in trainings, ecosystem building, mentoring, microfinancing, or entrepreneurship with a focus on agri-business. There is also a strong collaboration between public institutions and private ecosystem builders within the ecosystem. 

 

4. Senegalese startups don’t let informality get in the way of starting or growing their startup … but maybe they should.

As an economy influenced by a strong entrepreneurship culture, Senegal has a high number of startups and entrepreneurs. Few firms report informality as a constraint. However, most of them stay within the informal sector despite government regulations and policies put in place to facilitate their formality. 

While not reported as a significant barrier to startup culture, there are nonetheless issues with a large informal sector. The more formalized economies are, the better governments can govern. Formalized businesses create a stronger tax base that can be reinvested into funding, training and support for startups, not to mention other social programs such as pensions, healthcare, and infrastructure.

However, as previously mentioned, there are noted benefits to the informal sector that may benefit some startups, particularly ones that may not meet the financial threshold to cover tax obligations. It may also lower the psychological barrier to starting an enterprise — where uncertainty in their ability to sustain the business may cause some entrepreneurs to delay registration. This is also beneficial for those who are macro service providers. This method also provides direct employment where formal jobs are limited (a thoroughly documented issue in Senegal) although the gains and benefits are not necessarily considered inside the economy.

 

 

differentiators

While baseline factors are certainly necessary to a startup ecosystem, there is a big gap between meeting a prerequisite and flourishing as a startup ecosystem. For this, we look towards a different set of crucial factors, the differentiators. These factors are named as such because a given ecosystem’s performance can set it apart (or, inversely, hold it back) in its attempt to compete with other cities globally.

1. Universities are a vital part of the ecosystem 

Despite the partnerships with reputable French universities, there are no full, affordable university programs that allow Senegalese students to receive the same education or title as their French counterparts. On a more positive note, universities play a massive role in the ecosystem as incubators. The reliance on universities as incubators directly funnels talented youth into the startup ecosystem. Investments in universities such as Bambey University are a perfect example of this trend.

 

 2.Women participation in the workforce is low compared to Kenya and Ghana but better than in Egypt

The low female participation in the workforce represents an obstacle in as much as that the available human capital is not used. However, there have been positive changes in this area. If more people with high-level skills enter the labor market, more competition and consequently a better overall performance of the economy follows. Perhaps due to the high level of informality, women are not participating in the economy as much as in other countries on the continent. Another likely factor is that the type of professional positions that women occupy tend to be less formal and therefore not represented in the statistics (common throughout all global economies with labor such as caretaking). 

A study shows that, around 32% of entrepreneurs are female in Senegal . Despite this percentage being significantly low, relative progress was recorded between 2007 to 2014 which saw the increase in female owned startups from 23% to 32%.  To be noted is that women face more challenges than men to be economically included. For example, sons and daughters don’t have equal rights to inherit assets from their parents, representing a disadvantage in self-financed entrepreneurship and access to generational wealth for women. To be able to address this downfall of the ecosystem, holistic improvements must be addressed. 

 

 3. Senegal exhibits a remarkable entrepreneurial culture 

Senegal has the best overall score in Entrepreneurial Culture among all measured countries – not just in the region, but on our global SFI index. Only less than 16% of Senegalese affirm that they gave up on a business idea due to the fear of failure. More than two thirds of Senegalese have intentions of starting their own business and even more perceive entrepreneurship as a good career path.

 

4. The macro-political context is not generally noted as a problem within the ecosystem, but Senegal still struggles with informality more than other major ecosystems

Due to high registration costs in comparison with other ecosystems, most businesses prefer to stay in the informal sector. This can be witnessed in comparison to Tunisia and Ghana, for example, where Tunis scores 93.43 and Kumasi 75.78, while Dakar scores 64.59 on the Business Registration cost subdomain. Also, research from Brookings and the World Bank shows that most informal firms in Senegal produce on a lower scale and earn too little to reach the tax threshold, which would represent too much of a cost burden to register. 

Additionally, it is difficult on the part of the government to set out punitive measures against informal businesses. Studies from the World Bank show that punitive measures like evicting informal vendors are tricky and dangerous as informal businesses directly contribute to “crucial livelihoods to the most vulnerable of the urban poor”. A cautious approach should be taken when dealing with informal businesses, which should focus on formalizing and unleashing the untapped entrepreneurial potential of such economies.

 

5. Senegal shows a low logistic performance index

Based on a World Bank Index that considers the conditions of trade logistics (quality and capacity of ports), fees and costs (licenses, export and import fees, trade taxes, etc), and efficiency of trade (quantity, capacity, and time), Senegal performs lower than other countries on the continent. A low logistic performance index decreases the trade competitiveness of an ecosystem and can affect the overall economy by not participating in global trade partnerships and production chains. 

 

A comparative analysis between ecosystems in Senegal and a selected African cities.

Facteurs de base

Au sein de Data & Research d’enpact, nous travaillons sur la comparaison des écosystèmes de startups à travers différentes cultures, systèmes économiques, et dans différents contextes. Pour cet objectif, nous considérons plusieurs identifiants que nous jugeons nécessaires pour commencer à construire un écosystème de startups. Ces facteurs concernent principalement l’infrastructure et la gouvernance, sans lesquelles des choses aussi simples que la fiabilité de la connexion à Internet ou la protection des droits de propriété entravent la capacité d’une personne moyenne à créer et à maintenir une entreprise.

1. Dakar est assez chère 

En tant que  la plus importante et la plus attractive ville  du Sénégal, Dakar attire un certain exode rural à la recherche de meilleures opportunités ainsi que des investisseurs étrangers. Cela contribue à son tour à limiter l’espace et, parfois, à rendre les prix des biens et des services peu compétitifs, ce qui fait augmenter le coût des loyers, des terrains, des salaires, de l’épicerie et de l’hospitalité. En fin de compte, bien que Dakar soit plus chère que la ville africaine moyenne, elle est moins chère que la plupart des pays des économies avancées et ne fait pas partie des villes les plus chères d’Afrique.

 

2. L’Internet est cher mais pas nécessairement de haute qualité

Au Sénégal, le salaire moyen est d’environ 161 USD par mois et le salaire minimum est fixé à 101,53 USD par mois. Dans ce contexte, le coût moyen de l’internet est autour  de 68,03 USD par mois et  est considéré  élevé compte tenu du niveau de vie. En outre, bien que Dakar dispose d’une connexion plus que moyenne, plusieurs rapports indiquent que l’internet n’est pas très stable.

3. La scène des startups de Dakar est encore naissante mais en pleine croissance et peut servir de modèle pour l’Afrique  de l’Ouest francophone.

A Dakar, il y a un grand élan pour faire de la ville le prochain centre africain des startups . Comme indiqué précédemment, la loi sénégalaise sur les startups  est la première du genre en Afrique de l’Ouest et le Sénégal est le seul pays de la région à avoir adopté ce cadre. Cela a conduit d’autres pays à envisager de faire de même. Actuellement, la question est “qui a adopté cette loi sur les startups  ?”. Dans quelques années, la question principale sera “quels sont les pays qui n’ont pas encore adopté ce type de cadre?”. Le Ghana, par exemple, a entamé des discussions pour mettre en place un soutien similaire afin de stimuler la croissance des startups .

Néanmoins, en plus de sa loi sur les startups , les décideurs sénégalais ont restructuré leurs programmes de mentorat et de soutien afin de soutenir de nombreux types de startups  et de petites entreprises. Au lieu d’une organisation unique pour un type spécifique de startup  comme la DER/FJ, il existe  également plusieurs  institutions  ;certaines sont dédiées au financement, d’autres spécialisées dans les formations, d’autres sont des bâtisseurs d’écosystèmes et des organisations de mentorat, d’autres encore sont des institutions spécialisées dans le microfinancement, et enfin des institutions qui  se concentrent sur les entrepreneurs avec un accent sur l’agrobusiness. Par ailleurs,il  existe également une forte collaboration entre les institutions publiques et les constructeurs d’écosystèmes privés au sein de l’écosystème. 

 

4. Les startups  sénégalaises ne laissent pas l’informalité les empêcher de démarrer ou de se développer… mais elles devraient peut-être le faire.

En tant qu’une économie influencée par une forte culture entrepreneuriale, le Sénégal compte un nombre élevé de startups  et d’entrepreneurs. Peu d’entreprises déclarent que l’informalité est une contrainte. Cependant, la plupart d’entre elles restent dans le secteur informel malgré les réglementations et les politiques gouvernementales mises en place pour faciliter leur formalisation.

Bien qu’il ne soit pas considéré comme un obstacle important à la culture de la création d’entreprise, l’importance du secteur informel pose néanmoins problème. Plus les économies sont formalisées, mieux les gouvernements sont  gouvernés. Toutefois,les  entreprises formalisées créent une base fiscale plus solide qui peut être réinvestie dans le financement, la formation et le soutien aux startups, sans oublier d’autres programmes sociaux tels que les retraites, les soins de santé et les infrastructures.

Toutefois, comme indiqué précédemment, le fait d’être dans le secteur informel peut être bénéfique pour certaines startups car elles n’atteignent pas forcément le seuil financier pour couvrir les obligations fiscales. Cela peut également réduire la barrière psychologique à la création d’une entreprise – où l’incertitude quant à leur capacité à maintenir l’entreprise peut inciter certains entrepreneurs à retarder l’enregistrement. Cette méthode est également bénéfique  aux macro-fournisseurs de services et fournit  aussi  des emplois directs là où les emplois formels sont limités (un problème bien documenté au Sénégal), bien que les gains et les avantages ne soient pas nécessairement considérés à l’intérieur de l’économie.

 

 

Différenciateurs

Bien que les facteurs de base soient certainement nécessaires à un écosystème de startups, il y a une grande distance entre satisfaire à un prérequis et s’épanouir en tant qu’écosystème de startups. Pour cela, nous nous tournons vers un ensemble différent de facteurs cruciaux, les différenciateurs. Ces facteurs sont appelés ainsi parce que les performances d’un écosystème donné peuvent le distinguer (ou, à l’inverse, le freiner) dans sa tentative de concurrencer d’autres villes au niveau mondial.

1. Les universités sont un élément essentiel de l’écosystème. 

Malgré les partenariats avec des universités françaises réputées, il n’existe pas de programmes universitaires complets et abordables permettant aux étudiants sénégalais de recevoir la même éducation ou le même titre que leurs homologues français. Sur une note plus positive, les universités jouent un rôle massif dans l’écosystème en tant qu’incubateurs. La dépendance des universités en tant que incubateurs dirige directement les jeunes talents vers l’écosystème des startups, avec de nombreuses commodités qui ne sont pas nécessairement présentes dans les incubateurs non universitaires. L’investissement dans des universités comme l’université Bambey est un parfait exemple de cette tendance.

 

2. La participation des femmes à la population active est faible par rapport au Kenya et au Ghana, mais meilleure que celle de l’Égypte

La participation des femmes représente bien sûr un obstacle, ne serait-ce que parce que le capital humain n’est pas optimisé. Toutefois, on  constate une croissance positive dans ce domaine. Plus il y a de personnes avec des compétences de haut niveau ou présentes sur le marché du travail, plus la concurrence est forte et, par conséquent, meilleure est la performance globale de l’économie. Par ailleurs, il est probable qu’ en  raison des niveaux élevés d’informalité, les femmes ne participent pas à des taux élevés comme c’ est le cas  dans les pays comparables du continent. Un autre facteur probable est que le type de postes professionnels que les femmes occupent tend à être moins formel et donc non représenté dans les statistiques (commun à toutes les économies mondiales avec des travaux tels que le gardiennage). 

En outre ;au  Sénégal, environ 1 entrepreneur sur 8 est une femme. Il faut noter que les femmes font face à plus de défis que les hommes pour être économiquement incluses. A titre d’ exemple, les garçons  et les filles n’ont pas les mêmes droits à l’héritage  des biens de leurs parents, ce qui représente un inconvénient  pour l’entrepreneuriat autofinancé et l’accès à la richesse générationnelle pour les femmes. Toutefois, afin de remédier à cet inconvénient de l’écosystème, des améliorations globales doivent être apportées.

 

3. Le Sénégal fait preuve d’une culture entrepreneuriale remarquable. 

Le Sénégal a le meilleur score global en matière de culture entrepreneuriale parmi tous les pays de  la région  ainsi que dans notre indice SFI global. En outre, moins  de 16 % seulement des Sénégalais affirment avoir  laissé tomber l’idée   de fonder une d’entreprise par peur de l’échec. Plus de deux tiers  ont l’intention de créer leur propre entreprise et un peu plus perçoivent l’entrepreneuriat comme étant  une bonne décision de carrière.

 

4. Le contexte macro-politique n’est généralement pas considéré comme un problème au sein de l’écosystème, mais le Sénégal est tout de même confronté à l’informalité plus que les autres grands écosystèmes.

Néanmoins, en raison des coûts d’enregistrement élevés par rapport aux autres écosystèmes, la plupart des entreprises préfèrent rester dans le secteur informel. Ceci   est  constaté en comparant la Tunisie  et le Ghana par exemple, où Tunis obtient un score de 93,43, Kumasi 75,78, tandis que Dakar obtient un score de 64,59 dans le sous-domaine des coûts d’enregistrement des entreprises. En outre, les recherches de Brookings et de la Banque mondiale montrent que la plupart des entreprises informelles au Sénégal produisent à petite échelle et gagnent très peu pour atteindre le seuil d’imposition, ce qui représenterait une charge financière trop importante pour l’ enregistrement . 

En outre, il est difficile pour le gouvernement d’établir des mesures punitives contre les entreprises informelles. Des études de la Banque mondiale montrent que des mesures punitives telles que l’expulsion des vendeurs informels peuvent s’avérer délicates et dangereuses, car les entreprises informelles contribuent directement à fournir des moyens de subsistance essentiels aux plus vulnérables des pauvres urbains. Une approche prudente devrait être adoptée lorsqu’il s’agit de traiter les entreprises informelles qui devraient se concentrer sur la formalisation et la libération du potentiel entrepreneurial inexploité de ces économies.

 

5. Le Sénégal affiche un faible indice de performance logistique

Sur la base d’un indice de la Banque mondiale qui prend en compte les conditions de la logistique commerciale (qualité et capacité des ports), les frais et coûts (licences, frais d’exportation et d’importation, taxes commerciales, etc.) et l’efficacité du commerce (quantité, capacité et temps), le Sénégal affiche un faible indice de performance logistique.   Par conséquent,le  Sénégal est moins performant que les autres pays du continent. Par conséquent,un faible indice de performance logistique diminue la compétitivité commerciale d’un écosystème et peut affecter l’économie globale en ne participant pas aux partenariats commerciaux mondiaux ni  aux chaînes de production. 

 


Manager of Data & Research

Heather Dannyelle works as the Manager of  enpact’s Data & Research sector. Originally from Los Angeles, Dannyelle has lived and worked in Berlin, Germany for two years. Her primary work at enpact revolves around product design, policy research, and authoring reports on enpact’s Startup Friendliness Index (SFI). In June 2021, she graduated from The Hertie School with a Master of Public Policy with a concentration in Policy Analysis. She also holds a Bachelor’s of Science in Material Sciences and Engineering. 

Dannyelle is the creator and Editor-in-Chief of the empower magazine.



Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)



Research Analyst

João Castel-Branco works as Research Analyst for enpact’s Data & Research sector. He has worked for enpact for more than two years, not only in Data & Research, but across the organization. Originally from Lisbon, Portugal he has a Bachelor’s in Business Management and a Master in Finance from the Lisbon School of Economics and Management (ISEG). Passionate about economy and politics, João is number-orientated and believes in data-informed decision-making.


More on our blog

25.10.2021

West AfricaSenegal

news

Can startups lead Senegal out of informality?

The rate of informal labor in Senegal is staggering but the country is boasting with young people eager to work. How can startups help with both?

link

25.10.2021

Africa, EuropeSenegal

news

SFI Overview of Senegal

Discover through this article an in depth analysis for our SFI in Senegal from different perspectives

link

25.10.2021

Africa, West AfricaSenegal

news

enpact’s work to empower Senegalese startups

At enpact, we work to empower entrepreneurs through a suite of programs and partnerships. Our work in Senegal is no exception.

link