Investment in Senegalese startups

The Senegalese startup ecosystem is increasingly becoming attractive for investors. Similar to its neighbors and established African startup hubs such as Kenya or Egypt, Senegal has high levels of political stability and law enforcement. These features are crucial for long-term investment allocation decisions. The current Foreign Direct Investment (FDI) net inflow shows exactly that. Despite only having around 8% of the Nigerian population, Senegal’s FDI net inflow is almost 40% of the Nigerian, indicating that Senegal is more attractive (relative to its size) than Nigeria. Per capita, compared to Egypt, Cameron, Ghana, Nigeria and Kenya, Senegal ranks only behind Ghana. Of course, startups are vital for this performance. Among the group of Senegal’s top 10 startups – Oolu, Paps, Mburu, Baobab+, PEG Africa, Talent2Africa, Wave Mobile Money, CAIF, ShopMeAway and Axxend — there are currently 26 listed investment rounds. 

With the exception of Senegalese investors WIC Capital and Teranga Capital investing in Mburo and CAIF respectively, these rounds were almost exclusively led by foreign investors. The foreign investments stem mainly from the United States, France, and Mauritius. They represent both a direct and indirect international influence regarding innovation and entrepreneurship. French international company Orange is one of the main institutions supporting entrepreneurship in Senegal. The company’s Orange Digital Center, opened in October 2019 in Dakar, focuses on digital transformation, promotion of digital inclusion, innovation, entrepreneurship and to support the local digital ecosystem. Additionally, Orange has the role of an investor with Orange Ventures, which invests in tech companies in Africa and the Middle East. Despite no significant investments in Senegalese startups yet, the presence of Orange represents an opportunity for entrepreneurs.

Regarding government investments into entrepreneurship, the overall Senegalese situation is improving. In recent years, there has been a clear prioritization in stimulating the economy through innovation, education and as a result entrepreneurship.

Starting in the research and development sector, Senegal ranks above average compared to those countries mentioned above regarding the investment in percentage of Gross Domestic Product. Regarding education, Senegal has still a slightly lower tertiary education enrollment than other countries, however, it is progressing at the highest pace. Not to be overlooked is the creation of Bambey University with its high quality infrastructure. This example shows that Senegal is investing in entrepreneurship, both directly and indirectly. These are types of investments that will produce results in the mid- to long-term but show an increase of priority in developing a highly skilled workforce.

 But there is even more happening in Senegal. Created in early 2018, The Délégation de l’Entrepreneuriat Rapide (DER) has the goal of boosting the startup ecosystem and mitigating the lack of incubators and accelerators. In November of the same year, they launched their first batch. $2 million USD were distributed to 40 businesses through various types of investments (equity, debt and convertible notes). Amounts ranging from 10k to 100k USD were invested into businesses across all economic sectors (health, e-commerce, FinTech, logistics, agri-food, etc). This first edition had such great results that DER affirmed to triple the budget for another round focused on the digital economy. 

Additionally, there is a science hub park in construction to be completed in the beginning of 2023. It is located in Diamniadio (35 km from Dakar) and has spaces dedicated for both the public and private sectors including private companies, incubators, teaching and research centres and a Tier III data centre. It is an investment of 70 million euros, of which 61 million is financed by the African Development Bank and 9 million from the Government of Senegal.

Senegal still has a young ecosystem which explains why investments from local startup ecosystem players are still low. There are only a few high level investors and the network of active local investors is still small. While Dakar has some local investors such as the Dakar Network Angels and AFIG Funds, outside of Dakar an investment scene is almost non-existent. Dakar further benefits from hosting some regional events like the AfricArena West Africa Summit. These events also host francophone Africa-focused investors and are a great opportunity for Senegalese startups to participate in workshops, compete in pitches, and attract investment. Such events are very important because the benefits of an active startup scene can’t be substituted by grants alone. Being surrounded by peers who have already gathered experience and who have built a network in the field provides a lot of value to an entrepreneur that is difficult to measure, but nonetheless vital. 

It is therefore important that the startup scene will also spread to other regions of the country besides Dakar as that would benefit Senegalese entrepreneurs tremendously. 

Senegal presents good conditions to attract foreign investment: the government is progressively prioritising higher skill production, is investing more in innovative businesses and the internal ecosystem is developing. The direct and indirect forms of investment show positive signs for the Senegalese startup ecosystem to develop and in the future contribute to tackling some of the Senegalese challenges.  

Investissement dans des startups sénégalaises

En adoptant une approche holistique de l’investissement, l’écosystème des startups sénégalaises devient progressivement plus attrayant pour les investisseurs. Dans cet article, nous allons examiner de manière holistique les investissements dans les startups au Sénégal.

Toutefois, par rapport à ses voisins et à certains pôles de startups africains établis dans des pays tels que le Kenya ou l’Égypte, le Sénégal présente des niveaux élevés de stabilité politique et d’application de la loi. Ces caractéristiques sont cruciales pour les décisions d’allocation des investissements  à long terme principalement . L’afflux net actuel d’investissements directs étrangers (IDE) le montre particulièrement. Par exemple, alors que le Sénégal ne compte qu’environ 8 % de la population nigériane, le flux net d’IDE du Sénégal représente près de 40 % de celui du Nigeria, ce qui indique que le Sénégal est plus attrayant (par rapport à sa taille) que le Nigeria. Par habitant, comparé à l’Égypte, au Cameroun, au Ghana, au Nigeria et au Kenya, le Sénégal n’est devancé que par le Ghana et les  startups contribuent à cette performance. Par conséquent; parmi le groupe des 10 premières startups sénégalaises vous avez : (Oolu, Paps, Mburu, Baobab+, PEG Africa, Talent2Africa, Wave Mobile Money, caif, ShopMeAway et Axxend). Au total ; 26 tours d’investissement répertoriés. 

Il s’agissait presque exclusivement d’investisseurs étrangers, à l’exception des investisseurs sénégalais WIC Capital et Teranga Capital qui ont investi respectivement dans Mburo et caif. Les investissements proviennent principalement des États-Unis, de la France et de l’île Maurice. L’influence internationale ne s’exprime pas seulement dans ces investissements mais aussi dans des formes indirectes d’investissement dans l’innovation et l’entrepreneuriat. La société internationale française Orange est l’une des principales institutions soutenant l’esprit d’entreprise. Les Orange Digital centers constituent  un réseau d’espaces à travers l’Afrique et le Moyen-Orient et en octobre 2019, un centre a été inauguré à Dakar . Ces espaces se concentrent sur la transformation numérique, la promotion de l’inclusion numérique, l’innovation, l’entrepreneuriat et le soutien de  l’écosystème numérique local. Orange joue  le rôle d’investisseur avec Orange Ventures qui investit dans des entreprises technologiques en Afrique et au Moyen-Orient. Néanmoins, malgré qu’il n’y ait pas encore d’investissement important  dans les startups sénégalaises, cela représente une opportunité pour elles.

En reprenant l’exemple d’Orange, les pays francophones représentent une opportunité pour leur processus d’internationalisation. Les entreprises dont les secteurs en France sont saturés ou qui ont un concurrent puissant, le marché francophone pourrait être considéré comme une grande opportunité. Cela représente également une opportunité pour le Sénégal en tant que pays pouvant  bénéficier sur le plan économique  aussi bien que sur le plan d’ échange  intercontinental de compétences et de connaissances. À titre d’exemple, Bolloré Logistics emploie 958 personnes au Sénégal.  

Quant aux investissements du gouvernement dans l’entrepreneuriat, le tableau général du Sénégal semble plus optimiste. Les dirigeants ont clairement donné la priorité à la stimulation de l’économie par l’innovation, l’éducation et, par conséquent, l’entrepreneuriat.

Toutefois, en commençant par la recherche et le développement, le Sénégal est au-dessus de la moyenne des pays mentionnés ci-dessus dans le domaine de  l’investissement en pourcentage de la production intérieure brute. Quant à l’éducation  , le Sénégal a encore légèrement moins d’inscriptions dans l’enseignement supérieur (éducation qualifiée) que les pays de la moyenne comparative, mais il progresse par ailleurs au rythme le plus élevé. En outre, il  ne faut pas oublier la création de l’Université de Bambey, avec des infrastructures de haute qualité, qui montre que le Sénégal a investi dans l’ entreprenariat d’ une manière directe et indirecte. Il s’agit de types d’investissements qui produiront des résultats à moyen et long terme, mais qui montrent une augmentation de la priorité accordée à la production hautement qualifiée. Il ne s’agit donc pas seulement d’investissements indirects dans l’entrepreneuriat, mais aussi dans la main-d’œuvre générale. Ainsi; une main-d’œuvre hautement qualifiée ajoutée à  l’entrepreneuriat contribuent à un PIB plus élevé et sont également un outil pour lutter contre le taux de chômage qui est légèrement supérieur à 7% mais qui touche davantage les jeunes.

 Par ailleurs,créée début 2018, la  Délégation de l’Entrepreneuriat Rapide (DER) a pour objectif de dynamiser l’écosystème des startups et de pallier le manque d’incubateurs et d’accélérateurs. En novembre de la même année, ils ont lancé le premier lot d’investissement. Deux millions de dollars américains ont été distribués à 40 entreprises par le biais de différents types d’investissement (capital, dette et notes convertibles). Les montants varient de 10 000 à 100 000 USD répartis entre des entreprises de tous les secteurs économiques (santé, e-commerce, fintech, logistique, agroalimentaire, etc). Par conséquent, cette première édition a obtenu d’excellents résultats ce qui a fait le DER  affirmer de tripler le budget pour l’économie numérique. Par ailleurs, un parc hub scientifique est en construction et sera achevé début 2023. Ce dernier est situé à Diamniadio (à 35 km de Dakar) et dispose d’espaces dédiés aux secteurs public et privé comprenant des entreprises privées, des incubateurs, des centres d’enseignement et de recherche ainsi qu’ un centre de données Tier III intégré à la zone. C’est un investissement de 70 millions d’euros, dont 61 millions sont financés par la Banque africaine de développement et 9 millions par le gouvernement du Sénégal.

Les investissements des acteurs de l’écosystème local des startups sont encore faibles. L’écosystème du Sénégal est jeune. Il y a un petit nombre d’investisseurs de haut niveau mais le réseau d’investisseurs locaux actifs est encore petit. Dakar en a quelques-uns comme Dakar Network Angels et AFIG Funds mais en dehors de Dakar, il est presque inexistant. Dakar bénéficie également de l’accueil de certains événements régionaux comme le Sommet AfricArena de l’Afrique de l’Ouest. Ces événements réunissent des investisseurs de l’Afrique francophone et représentent  une excellente occasion pour les startups sénégalaises de participer à des événements internationaux, à des ateliers, à des concours et à des investissements. Ceci est crucial car les avantages d’une scène active de startups ne peuvent pas être remplacés par seulement des subventions. Elles couvrent un grand besoin des entrepreneurs (le capital) mais ajoutent également à l’activité de la scène en soutenant les entrepreneurs avec des mentors, des ateliers et des investisseurs expérimentés, ce qui est extrêmement important pour les entrepreneurs qui sont orientés vers la technique ou la créativité sans connaissance ou expérience commerciale. Le fait d’être entouré de pairs ayant déjà commis les mêmes erreurs ou disposant d’un réseau construit dans le domaine apporte une valeur particulière à l’investissement qui soit  difficile à mesurer, mais néanmoins vital. 

Par rapport aux pays mentionnés ci-dessus, le Sénégal est un petit pays (en termes de population) et le réseau régional d’écosystèmes sera toujours important, mais le développement d’un réseau interne et l’extension de la scène des startups à d’autres régions du pays, en plus de Dakar, profiteraient énormément aux entrepreneurs sénégalais. 

Par conséquent, le Sénégal présente de bonnes conditions pour attirer les investissements étrangers : le gouvernement donne progressivement la priorité à une production plus qualifiée, investit davantage dans les entreprises innovantes et l’écosystème interne se développe. Ces formes d’investissement directes et indirectes montrent des signes positifs pour le développement de l’écosystème des startups sénégalaises et contribuent à l’avenir à relever certains des défis du Sénégal.


Research Analyst

João Castel-Branco works as Research Analyst for enpact’s Data & Research sector. He has worked for enpact for more than two years, not only in Data & Research, but across the organization. Originally from Lisbon, Portugal he has a Bachelor’s in Business Management and a Master in Finance from the Lisbon School of Economics and Management (ISEG). Passionate about economy and politics, João is number-orientated and believes in data-informed decision-making.


More on our blog

02.07.2021

AfricaSenegal

news

3 countries in 3 days: A Virtual Delegation Tour to develop the Senegalese Ecosystem

The PDL Senegal participants went on a virtual expedition in Tunisia, Rwanda, and Germany, when they met up with expert ecosystem players - read more!

link

18.05.2021

Senegal

news

enpact and SenStartup Cooperate to Develop The Startup Ecosystem in Senegal

Through this strategic collaboration, the two associations are able to provide more comprehensive support services for startups in Senegal.

link

25.10.2021

Africa, West AfricaSenegal

news

Regional Overview: African Startup Ecosystems

Entrepreneurship in West Africa is alive and well. Through our SFI, we explored the strength and weaknesses of the West African Ecosystem.

link