Policies of Senegal’s startup ecosystem

Policies in motion

To encourage entrepreneurship, SMEs and startups, a mix of recent policies has served as a platform for growth in various sectors of the economy. Interestingly, both numerous government policies as well as international development agencies and other international funding organizations have had an impact. While some of these policies were directly targeting startup growth, others aimed for more women inclusion, empowering micro-financial institutions, upgrading skills, mentoring, as well as legal support.

 

[Policy 1]: Senegalese Startup Act (Création et promotion de la startup -loi 2020-01) 

The legislation, a landmark of its kind for the continent, contains a number of frameworks that aim to promote innovation and entrepreneurship in the national economy in accordance with the Senegal emergence plan (Le Plan Senegal Emergent, PSE) and the “Digital Senegal 2025” strategy (Senegal Numérique 2025).

Concretely, the Startup Act creates a specific support and framework for startups, as well as a suitable legal regime for the registration and labeling of Senegalese startups. It also creates a resource center dedicated to startups, and a package of incentive measures like low taxation for startups, access to mentorship, free training, and other growth measures.

 

[Policy 2] Creation of DER/FJ and BCE

The DER/FJ (La Délégation Générale à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes), BCE (Bureau des Création d’entreprise or Bureau of Company Creation in English) and other state created organizations for startups, entrepreneurship, mentorship, funding, and women inclusion.

DER/FJ

The DER/FJ is a fund of 30 billion FCFA ($50 million USD) launched by the President of Senegal to catalyze entrepreneurship throughout the country . It targets both youth up to an age of 40 as well as all women 18 years and older. Additionally, the fund plays the role of an ecosystem builder. Not only a project funding source, the D-HUB is a program to build the ecosystem and boost entrepreneurship and innovation in Senegal .

Initially announced in September 2017 and formally launched in April 2018, the fund offers several main types of entrepreneur financing and support, such as incubation funding and  training programs for young entrepreneurs and women, and equity financing and low-interest loans.

BCE

This bureau is responsible for facilitating the creation and registration of startups and SMEs in Senegal. They cover enterprises from a varied number of sectors, ranging from tourism, agriculture, ICT, to fintech. They don’t only limit their services to Senegalese entrepreneurs but also help facilitate the integration of foreign investors and entrepreneurs. Registration typically takes 1 to 2 days.

 

[Policy 3 ] Promoting the competitiveness and growth of small and medium-sized enterprises and capacity development in the microfinance sector

Initiated by the GIZ (The German Agency for International Cooperation) and executed by the Ministry of Economics and Finance between 2006 to 2015, the project’s key objective was to enable SMEs to become competitive and be able to operate in an environment that is conducive to growth through the availability of effective advisory services and an efficient microfinance sector.

The program has helped almost 3,500 SMEs improve their productivity and competitiveness. Furthermore, 38% of participating enterprises increased their turnover and 34% increased their profit.

 

[Policy 4] Project for support to skills development and youth entrepreneurship in Growth sectors (PDCGEJ)

This policy was co-financed through a loan from the African Development Bank and the Senegalese government with the goal to promote growth and employment by improving the quality of the workforce, competitiveness of local businesses, and youth entrepreneurship in several growth sectors. The policy aims to .foster the support of 250 local businesses and startups in energy (gas, solar, agribusiness), train more than 20,000 youths, of which at least 50% should be women in energy related fields/trades, provide skill training to more than 40,000 youths in their life project, facilitate the integration of 35,000 youths, and incubate more than 3000 youths and women – generating more than 700 startups and offering at least 1000 jobs .

 

 

impact

Through the government’s implementation of the above policies, there have been visible boosts to the startup scene, business registration period, financial support, youth and women entrepreneurship, and the general legal framework. Despite some general national efforts in policy implementation, it can be felt that some cities have a set of specific policies for specific needs. Dakar for instance has a better Startup Scene and Finance of 32.28 and 22.46 respectively, ranking higher than other cities like Saint-Louis for instance (28.25 and 17.85). This is due to a larger number of hubs, accelerators, and technoparks in Dakar than in any other city. Saint-Louis has focused on Human Capital and Utilities scoring 54.62 and 68.46 respectively. Thiès has implemented strong policies to strengthen its industrial hub and provide clean and efficient energy, scoring 97.22 on Electricity Outages specifically and 67.61 on Utilities.

On the other hand, foreign aid from international organizations like the African Development Bank and GIZ have focused on improving microfinance and empowering local youth and women entrepreneurs, local SMEs and startups with training, incubation programs and professional insertion.

While all these efforts continue to make an impact, the country could use some new policies to both reduce the level of pollution and improve its Human Capital, for example through educational reforms.

Politiques de l'écosystème des startups au Sénégal

Dans le but d’ encourager l’esprit d’entreprise, les PME et les startups, plusieurs   politiques récentes  ont servi de plateforme pour la croissance dans divers secteurs. Il est intéressant de noter que nous pouvons compter non seulement les politiques gouvernementales qui sont nombreuses, mais aussi celles des agences de développement international ainsi que d’autres organisations internationales de financement. Alors que certaines de ces politiques ciblent directement la croissance des startups, d’autres visent à favoriser l’inclusion des femmes, à renforcer les institutions micro financières, à améliorer les compétences, le mentorat et le soutien ainsi que l’assistance juridique.

 

[Politique 1] : Création et promotion de la startup (loi 2020-01)

(Loi relative à la création et à la promotion de la Startup au Sénégal | Ministère de l’Économie Numérique et des Télécommunications (numerique.gouv.sn))

Cette législation, qui fait date sur le continent, contient un certain nombre de cadres qui visent à promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat dans l’économie nationale conformément au Plan Sénégal Emergent (PSE) et à la stratégie “Sénégal Numérique 2025”.

 

Concrètement, le Startup act crée un soutien et un cadre spécifique pour les startups, ainsi qu’un régime juridique adapté pour l’enregistrement et la labellisation des startups sénégalaises. Elle crée également un centre de ressources dédié aux startups, ainsi qu’un ensemble de mesures incitatives comme une faible fiscalité pour les startups, l’accès au mentorat, une formation gratuite et d’autres possibilités de croissance.

 

[Politique 2] Création de DER/FJ et BCE

La DER/FJ (La Délégation Générale à l’Entreprenariat Rapide des Femmes et des Jeunes), le BCE (Bureau des Création d’entreprise) et d’autres organisations créées par l’Etat pour les startups, l’entreprenariat, le mentorat, le financement et l’inclusion des femmes.

DER/FJ

Le DER/FJ est un fonds de 30 milliards FCFA (50 millions USD) lancé par le Président du Sénégal pour catalyser l’entreprenariat dans tout le Sénégal, ciblant les jeunes jusqu’à 40 ans et les femmes à partir de 18 ans, sans limite d’âge. Il joue également le rôle d’un bâtisseur d’écosystème. En plus du financement de projets, il existe au sein de leur D-HUB qui est un programme visant à construire l’écosystème, à booster l’entrepreneuriat et l’innovation au Sénégal.

Ce dernier a été  annoncé  initialement en septembre 2017 et lancé officiellement en avril 2018. Il propose plusieurs grands types de financement et d’accompagnement des entrepreneurs tels que le financement d’incubation et les programmes de formation pour les jeunes entrepreneurs et les femmes, ainsi que le financement par actions et les prêts à faible taux d’intérêt.

Le financement de l’incubation : financement de programmes d’incubation, de pré-incubation et d’incubation, ou de formation pour les jeunes entrepreneurs et les femmes. Le financement en fonds propres et les prêts à faible taux d’intérêt.

 

 BCE

Ce bureau est chargé de faciliter la création ou l’enregistrement des startups et des PME au Sénégal. Il peut s’agir d’entreprises issues d’un nombre varié de secteurs, allant du tourisme à l’agriculture, en passant par les TIC et les technologies financières. Ils ne limitent pas seulement leurs services aux entrepreneurs sénégalais mais aident également à faciliter l’intégration des investisseurs et entrepreneurs étrangers. L’inscription peut se faire entre 1 et 2 jours.

 

[Politique 3 ] Promouvoir la compétitivité et la croissance des petites et moyennes entreprises et le développement des capacités dans le secteur de la microfinance.

Initié par la GIZ (Agence allemande de coopération internationale) et exécuté par le ministère de l’économie et des finances entre 2006 et 2015, le projet avait pour objectif principal de permettre aux PME de devenir compétitives et d’opérer dans un environnement propice à la croissance grâce à la disponibilité de services de conseil efficaces et à un secteur de la microfinance performant.

 

Le programme a aidé près de 3 500 PME à améliorer leur productivité et leur compétitivité. Ainsi, 38% des entreprises participantes ont augmenté leur chiffre d’affaires et 34% ont augmenté leurs bénéfices.

 

[Politique 4] Projet d’appui au développement des compétences et à l’entrepreneuriat des jeunes dans les secteurs de la croissance (PDCGEJ)

Une politique cofinancée par un prêt de la Banque africaine de développement et du gouvernement sénégalais dans le but de promouvoir la croissance et l’emploi en améliorant la qualité de la main-d’œuvre, la compétitivité des entreprises locales et l’esprit d’entreprise des jeunes dans les secteurs de croissance de l’industrie et de l’agriculture. Les objectifs fixés comprennent le soutien de 250 entreprises locales et de startups  dans le domaine de l’énergie (gaz, solaire, agroalimentaire), la formation de plus de 20 000 jeunes, dont au moins 50 % de femmes, dans des domaines ou des métiers liés à l’énergie, la formation de plus de 40 000 jeunes à leur projet de vie, la facilitation de l’intégration de 35 000 jeunes, l’incubation de plus de 3 000 jeunes et femmes, la création de plus de 700 startups  ainsi que  la création d’au moins 1 000 emplois.

 

impact

D’une part, le gouvernement a mis en œuvre certaines politiques directement perceptibles qui ont stimulé la scène des startups , la période d’enregistrement des entreprises, le soutien financier, l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes ainsi que le cadre juridique général. Néanmoins; malgré   certains efforts nationaux généraux dans la mise en œuvre des politiques, on peut  constater  que certaines villes ont un ensemble de politiques spécifiques pour des besoins particuliers. Dakar, par exemple, possède une meilleure scène de démarrage et un meilleur financement de 32,28 et 22,46 respectivement, ce qui est supérieur à d’autres villes comme Saint-Louis par exemple qui ne possède que  (28,25 et 17,85). Cela est probablement dû au fait qu’il y a un plus grand nombre de Hubs, d’accélérateurs et de technoparcs à Dakar que dans toute autre ville. Saint-Louis a mis l’accent sur le capital humain et les services publics avec des scores respectifs de 54,62 et 68,46. Thiès a également mis en œuvre des politiques fortes dans le but de renforcer son pôle industriel et fournir une énergie plus propre et efficace, avec un score de 97,22  dédiée pour les pannes d’électricité et 67,61 pour les services publics.

D’autre part, l’aide étrangère provenant d’organisations internationales telles que la Banque africaine de développement et la GIZ s’est concentrée sur l’amélioration de la microfinance et sur l’autonomisation des jeunes et des femmes entrepreneurs, des PME locales et des startups  par le biais de formations, de programmes d’incubation et d’insertion professionnelle.

Cependant; bien que tous ces efforts continuent d’avoir un impact, le pays pourrait utiliser certaines politiques dans le but de réduire le niveau de pollution et son capital humain en procédant à certaines réformes éducatives.


Junior Program Coordinator

Tanyi Franç-Martial serves as a research project assistant at the Data lab. Hailing from Kumba, Cameroon, he has been living in Berlin since 2021. With several years of working experience in a number of African countries, he adds value to the team with his knowledge of the African economic ecosystem. With various experience in sectors such as digital transformation, academic research, growth and development economic policy, he is currently preparing his Thesis towards a masters degree in international and development economics at HTW (University of Applied Sciences) Berlin.

Franç is the principal author of the empower #2 magazine (Senegal)


More on our blog

05.10.2021

Europe, North Africa, East Africa, Middle East, West AfricaGermany, Egypt, Ghana, Kenya, South Africa

news

AfricaBerlin Network Project Launch – Connecting Startups and Ecosystems

We're proud to announce the launch of the "AfricaBerlin Network" dedicated to connecting startups and ecosystems towards collaborative, global growth.

link

25.10.2021

West AfricaSenegal

news

Can startups lead Senegal out of informality?

The rate of informal labor in Senegal is staggering but the country is boasting with young people eager to work. How can startups help with both?

link

02.07.2021

AfricaSenegal

news

3 countries in 3 days: A Virtual Delegation Tour to develop the Senegalese Ecosystem

The PDL Senegal participants went on a virtual expedition in Tunisia, Rwanda, and Germany, when they met up with expert ecosystem players - read more!

link